Plusieurs dizaines d'étoiles ont croisé le Soleil ce dernier million d'années

Zoom sur une région de la Voie lactée par le satellite Gaia. © ESA
Proxima du Centaure n'a pas toujours été la plus proche étoile du Soleil. En un million d'années, plusieurs dizaines d'étoiles sont passées plus près encore, d'après la sonde Gaïa.

Un an après la publication des premières données du satellite Gaïa, lancée en 2013, les astronomes continuent d'en faire leur miel. Dans une étude portant sur la vitesse et la position de 322 000 étoiles observées par la sonde d'astrométrie européenne, le Britannique Coryn Bailer-Jones (Max Planck Institute for Astronomy, Heidelberg) montre ainsi qu’en un million d'années, entre 500 et 600 étoiles passent à moins de 5 parsecs du Soleil (1 parsec = 3,26 années-lumière).

En moyenne, sur la même période, 37 étoiles croisent la nôtre à une distance plus proche encore que celle de Proxima du Centaure, soit 4,2 années-lumière...

Ces rencontres dues au mouvement des étoiles dans la Galaxie ne sont pas anodines. À l'occasion d'un passage rapproché, Coryn Bailer-Jones rappelle que :

Les forces de marées peuvent cisailler le Nuage de Oort, le réservoir supposé de comètes primitives qui orbite dans les contrées lointaines du Système solaire. Cela peut entraîner ces objets dans le Système solaire interne et y créer des pluies de comètes pouvant frapper la Terre.

Parmi les 725 étoiles dont il a soigneusement étudié la trajectoire, la naine Gliese 710 se distingue. Coryn Bailer-Jones confirme que, au cours des cinq prochains millions d'années, c'est cette étoile qui passera le plus près du Soleil, ce qu'une précédente étude avait déjà montré.

Gliese 710, comme dans un jeu de quilles

Il estime que, dans environ 1,3 millions d'années, Gliese 710 passera à 16 000 unités astronomiques du Soleil, « ce qui l'amènera à l'intérieur du Nuage de Oort » et provoquera sans doute l'apparition de quelques belles (et peut-être dangereuses) comètes.

Une animation de l’ESA montre en accéléré ce passage rapproché, entre 1,1 et 1,5 million d'années dans le futur. La vue (ci-dessous) couvre un champ de 10 fois 5 degrés, soit 200 fois la surface de la pleine Lune.

 

 

Le prochain wagon de données de Gaïa, attendu pour avril 2018, devrait permettre d'affiner ce résultat.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Il est possible de voir les aurores sur d’autres planètes

    Les aurores polaires sont l’un plus beaux spectacles que nous offre le ciel. Sur Terre, elles sont réservées à quelques régions privilégiées du globe, comme nous l’expliquons dans le dossier du Ciel & Espace n°556 (novembre 2017). Mais notre planète n’en possède pas l’exclusivité. Jupiter, Mars, Saturne s’illuminent sous l’effet des particules solaires. Et bientôt nos télescopes observeront les aurores même dans d’autres systèmes planétaires !

  • 150 images de l'espace aux enchères à Paris

    Le samedi 25 novembre 2017, l’une des plus importantes collections privées européennes de photographies de l’espace sera vendue par lots à la maison de ventes aux enchères FauveParis.

  • L’astéroïde venu d’ailleurs pose l’énigme de sa forme

    Le corps céleste 1l/2017 U1 Oumuamua, qui a fait irruption dans le Système solaire, a pu être suivi sans relâche par de puissants télescopes. Ces observations dévoilent une forme allongée, similaire à une baguette de pain, bien difficile à expliquer… Une colle pour les astronomes.