PicSat ne trouve pas ses repères

Le satellite Picsat (photomontage). © Lesia/Observatoire de Paris/PSL ; fond : T. Pesquet ESA/Nasa
Après plus de huit semaines passées en orbite, le nanosatellite PicSat n’est toujours pas opérationnel. D’abord freiné par un problème de stabilisation à présent réglé, c’est une panne de logiciel qui l’empêche maintenant de s’orienter.

Lancé début 2018 pour tenter d’observer le transit de l’exoplanète Bêta Pictoris b devant son étoile, Picsat n’a toujours pas commencé sa mission scientifique. Dans le courant du mois de février 2018, il tardait à se stabiliser. Ce problème a été réglé mais une autre panne a surgi. Elle concerne le « star-tracker », un des éléments du système qui contrôle la position de PicSat en se répérant aux étoiles brillantes voisines de Bêta Pictoris. Le capteur fonctionne, mais pas le logiciel qui le pilote, ce qui empêche le télescope de viser correctement Bêta Pictoris.

L’équipe de PicSat travaille avec les concepteurs du logiciel pour trouver l’origine du problème. Les scientifiques ont déjà pu reproduire la panne sur un double du satellite resté au sol. Ils doivent maintenant mettre à jour le logiciel sur le satellite en orbite. L’opération nécessite de lui envoyer les données par radio à chacun de ses passages au-dessus de l’observatoire de Meudon (près de Paris), où se trouve la station de contrôle. À suivre…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.