Découverte d’une météorite martienne tombée sur Terre cet été

La météorite martienne qui serait tombée dans le Sahara en juillet 2011. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Les fragments d'un bolide venu de l'espace, observé en plein jour dans le Sahara, ont été identifiés comme des roches en provenance de la planète Mars. Alerté mi-décembre de la découverte de météorites particulières entre le Maroc et l'Algérie, le chasseur de météorites Luc Labenne a examiné les roches et reconnu une Shergottite, typique d'une roche arrachées à la planète rouge par un impact puissant.

Une météorite martienne intacte
Luc Labenne a récupéré le 20 décembre des échantillons de l'objet, dont plusieurs personnes ont été témoins de la chute, dans le Sahara, en plein jour, au mois de juillet 2011, à la manière du bolide breton observé le 25 juillet. De retour à Paris, le 23 décembre, il en a proposé deux petits fragments d'environ 2 grammes aux scientifiques du Museum d'Histoire Naturelle, Brigitte Zanda et Violaine Sauter, à des fins d'expertise.

Mais d'ores et déjà, il avance : « la croûte qui entoure la météorite est intacte, signe que sa chute est très récente. Or cette croûte est très fragile et dans le désert, à cause du sable charrié par le vent, elle se serait altérée en quelques mois seulement ».

Ci-dessous, une vidéo d'un fragment de la météorite martienne réalisée par Luc Labenne :

Origine martienne contrôlée
Par des contacts avec un chercheur américain spécialiste des météorites, Luc Labenne affirme que les fragments qu'il vient de récupérer sont bien d'origine martienne. En effet, ledit chercheur américain s'est lui aussi procuré des morceaux qu'il a déjà pu analyser et ainsi authentifier.

Luc Labenne tenant un fragment de la météorite martienne de juillet 2011. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Le chasseur de météorites Luc Labenne montre un fragment de la météorite martienne tombée en juillet 2011 dans la Sahara. Crédit : JL. Dauvergne/Ciel et Espace Photos

Une aubaine pour la science ?
Si l'origine martienne de l'objet est confirmée par le Museum, elle pourrait constituer une prise exceptionnelle pour les scientifiques, tout comme la météorite Paris, identifiée en février 2010. En effet, celle-ci n'a guère eu le temps de subir les outrages du temps après son arrivée sur Terre. De même, sa contamination par des organismes terrestres est probablement très limitée, ce qui favoriserait une éventuelle recherche d'organismes martiens.

Pour mémoire, la météorite martienne ALH 84001, dans laquelle une équipe avait clamé identifier une forme de vie martienne, était restée sur Terre 13000 ans avant qu'elle n'ait été découverte.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

    L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !

  • Des falaises glacées sur la planète Mars

    La sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a observé de la glace sur Mars en huit endroits, sous forme de couches superposées à quelques mètres seulement sous la surface de la planète rouge.

  • L’étoile Bételgeuse tourne en 30 ans

    Les observations du réseau d’antennes millimétriques ALMA ont permis de calculer à quelle vitesse la supergéante rouge Bételgeuse boucle un tour sur elle-même.