Nouveau test de la théorie d'Einstein au cœur de la Voie lactée

L’étoile S2 passe à proximité du trou noir de la Voie lactée (vue d’artiste, le rougissement et les tailles sont très exagérés). © ESO
Le Very Large Telescope de l'ESO, équipé des instruments Naco, Sinfoni et Gravity, est parvenu à observer le rougissement gravitationnel d'une étoile lors de son passage au plus près du trou noir central de la Voie lactée.

C'était une observation attendue. Une conséquence de la théorie de la relativité générale que les scientifiques responsables de Naco, de Sinfoni et plus encore de Gravity espéraient détecter depuis longtemps : la lumière de l’étoile passée à seulement 120 UA du trou noir supermassif de la Voie lactée, le 18 mai 2018, a bel et bien rougi à l'occasion de ce passage.

Ce rougissement gravitationnel, différent de celui qui est lié à la vitesse d'éloignement d'un astre (effet Doppler-Fizeau), s'explique par l'intense champ de gravitation dans lequel est plongée l'étoile – baptisée « S2 » – lorsqu’elle s’approche du trou noir de 4 millions de masses solaires qui niche au centre de notre galaxie (animation en vue d'artiste ci-dessous).

Tous les 16 ans, l'orbite très elliptique de l'étoile S2 l'amène à frôler le trou noir supermassif à seulement 17 heures-lumière. C'est l'occasion pour les astrophysiciens de tester les effets de la gravitation – décrite par la relativité générale – lorsqu'elle est intense. Mais encore faut-il disposer d'instruments capables de suivre l'étoile dans sa course folle (25 millions de km/h), éloignée par ailleurs de 26 000 années-lumière...

Ces dernières années, l'ESO avait développé Gravity pour y parvenir (lire C&E n°550, p.50-53). L'instrument combine la lumière captée par les quatre télescopes de 8,2 m du Very Large Telescope, afin d'atteindre une acuité record – 50 microsecondes d'arc pour cette observation, soit la taille d'une balle de tennis sur la Lune. D'autres tests de la théorie d'Einstein sont attendus grâce à cet instrument.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Podcast : Rencontre avec James Lequeux

    Né en 1934, tour à tour directeur de l'observatoire de Nançay puis de Marseille, et désormais autour d'ouvrage d'histoire des sciences, James Lequeux est un grand témoin de l'évolution de l'astronomie. Nous le recevons à l'occasion de la parution de son dernier ouvrage : « Astronomie, à la conquête de l'Univers ».

  • Participez à notre prix du livre d'astronomie

    Auteurs, éditeurs : vous avez jusqu'au 21 janvier 2019 pour postuler à l'un des deux prix que Ciel & Espace décerne chaque année. Abonnés au magazine : une place vous est réservée dans le jury ! Voici comment faire pour participer.

  • Votre couverture préférée en 2018 : "De la Terre à la Lune"

    Vous avez voté : c'est finalement la couverture de notre numéro de novembre/décembre qui recueille la majorité de vos suffrages en 2018. Le splendide cliché réalisé par l'équipage d'Apollo 8 il y a cinquante ans n'a rien perdu de sa magie !