Le plongeon historique de Philae vers la comète

Cette vue de la comète “Chury” a été prise le 11 novembre 2014 à seulement 10 km de distance. Ciel & Espace a traité l'image afin de faire ressortir la queue de gaz à l'arrière-plan. ©ESA/Rosetta/ NAVCAM – CC BY-SA IGO 3.0/JL Dauvergne.

Le grand jour est arrivé : ce 12 novembre 2014, Philae se pose sur la comète « Chury ».

Tout le monde retient son souffle pour ce plongeon à haut risque.


Une descente au pas


A 9 h 35, heure de Paris, l'atterrisseur Philae s'est détaché de la sonde européenne Rosetta. La confirmation de l'opération est parvenue sur Terre à 10 h 03. Il faut en effet 28 minutes au signal pour parcourir les 510 millions de kilomètres qui séparent Rosetta des antennes de réception, sur Terre.

Philae a été propulsé à l'aide d'un système de vis sans fin à la vitesse très modérée de 19 cm/s (0,7 km/h).

Peu après sa séparation, le petit module a photographié Rosetta. Et réciproquément, la sonde a enregistré un dernier cliché de Philae, plongeant vers la comète.


Atterrissage à haut risque


Le robot intrépide doit toucher la comète 7 heures plus tard (la confirmation est attendue autour de 17 h). Cette phase sera suivie par la caméra Osiris de la sonde Rosetta.

La phase la plus critique concerne l'atterrissage lui-même. Si Philae se pose sur un bloc de roche, il risque de capoter. Si sa position est scabreuse mais viable, le module a la possibilité de tourner sur lui-même pour orienter ses instruments.

Mais la première inquiétude concerne le propulseur qui doit se déclencher lors de l'atterrissage pour plaquer Philae à la surface de la comète et l'empêcher de rebondir dans l'espace. La télémétrie indique qu'il ne fonctionne pas. Est-ce une erreur de mesure due à un capteur défectueux, ou à une panne réelle ? On le saura lors du contact avec la comète.

Une première mission courte

Le gros de la mission va durer seulement 54 heures en puisant sur des batteries au lithium non rechargeables. Des panneaux solaires situés sur Philae devraient lui permettre de tenir quelques mois supplémentaires, mais avec une source d'énergie amoindrie.

Nous vous tiendrons informés des prochaines étapes de l'atterrissage au fil de la journée ici-même. Restez connectés !

Pour suivre l'événement en direct, rendez-vous sur la page Youtube du Cnes ou sur le site web de l’Agence spatiale européenne.

Et les Parisiens sont invités à assister à l'événement à la Cité des sciences et de l'industrie.

Ci-dessous, une série d'images de la comète Churyumov-Gerasimenko, prises à 10 km de distance :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?