Des crashs interstellaires éjectent des planètes habitables

Un système planétaire en formation dans la nébuleuse d'Orion. Crédit: NASA/ESA and L. Ricci (ESO)

Une nouvelle simulation montre que les collisions entre systèmes planétaires provoquent l'éjection massive de planètes du gabarit de la Terre. En effet, les systèmes planétaires découverts depuis 1995 ne montrent pas toujours le même visage que le nôtre, particulièrement harmonieux. Chez nous, les planètes tournent paisiblement autour du Soleil dans le même sens que sa rotation propre, dans un même plan et sur des orbites circulaires. Un tableau convivial qui ferait plutôt figure d'exception.

Collisions stellaires fréquentes
Ailleurs, c'est souvent beaucoup plus chaotique. Un équipe germano-anglaise, menée par Ingo Thies et Pavel Kroupa de l'Université de Bonn, ont établi un modèle de formation qui permettrait d'expliquer ces bizarreries orbitales.

Au commencement, tout se passe normalement. Le nuage de gaz s'effondre sur lui-même, l'étoile s'allume, et un disque de matière géant se met à tourner autour d'elle et dans le même sens. Seulement le nuage de gaz initial est rarement isolé, il fait souvent partie d'un amas, et donc le même scénario se produit juste à côté. Ainsi la collision entre deux système planétaires en formation serait monnaie courante !

Ejection de planètes
L'apport de matière dans un système par celui qui l'aborde serait énorme. L'équivalent de 30 fois la masse de Jupiter. De quoi compresser le disque protoplanétaire et perturber dramatiquement sa mécanique. Les planètes déjà formées passeraient sur une orbite fortement inclinée, elliptique, voire rétrograde ! Quant aux plus petites, de la taille de la Terre, elles seraient éjectées sans autre forme de procès.

Loin de toute étoile, elles refroidiraient lentement pour se fondre dans la nuit noire du cosmos, où elles erreraient lugubrement pour l'éternité...

Vu sous ce jour nouveau, notre accueillant système solaire fait figure de rescapé. Nous serions en fait une rareté dans la galaxie, et ce n'est pas une bonne nouvelle pour la recherche de vie extraterrestre : si les planètes telluriques sont en grand nombre éloignées de la douce chaleur de leur étoile, cela réduit énormément les chances que s'y soit développée la vie...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Chang’e 4 : la Chine atteint la face cachée de la Lune… sans la dévoiler

    Chang’e 4, qui vient de se poser sur la Lune, va-t-elle devenir la mission la plus frustrante de ces dernières années ? Malgré son succès, la Chine a jusqu’ici peu partagé son exploration lunaire. Voici ce que nous savons de la mission.

  • Trois nouveaux astronautes pour l’ISS

    Le Soyouz MS-12, lancé avec succès jeudi 14 mars 2019, a emmené un nouvel équipage russo-américain à la Station spatiale internationale (ISS). Pour les trois astronautes, c’est le début d’une mission de plus de six mois.

  • Le « Grande America » emporte un rêve astronomique dans son naufrage

    En coulant au large de la Bretagne, le cargo « Grande America » a anéanti un projet de voyage astronomique et pédagogique de l’astrophotographe Olivier Sauzereau. À bord se trouvait le matériel qui devait lui permettre partager ses observations du ciel austral avec les écoliers vendéens.