Une aurore boréale vue depuis la France

Dans la nuit du dimanche 20 au 21 décembre, un sursaut d'activité solaire a permis l'observation inattendue d'aurores boréales depuis la France !
L'un de nos lecteurs, Didier Schreiner, a partagé une de ses photos avec nous. Elle a été prise à 0h43 le 21 décembre 2015. « Nous avons manqué le moment où l'indice KP était de 8 (du fait de la couverture nuageuse). L'éclaircie est arrivée juste après et nous a permis d'immortaliser l'instant », explique Didier, président du Club d'astronomie dunkerquois.
L'indice KP permet de définir l'intensité de l'activité géomagnétique sur une échelle de 0 à 9. Pour voir des aurores en France, il faut plutôt grimper au niveau 9. Il est rare de voir quelque chose avec un niveau 8, d'autant que la Lune gibbeuse illuminait le ciel. Sa présence explique la couleur bleue du ciel. À l'horizon quelques halos orangés trahissent la pollution lumineuse, et les lueurs franchement rosées sont liées à l'aurore boréale.
Dans de telles circonstances, le phénomène est bien plus évident en photo qu'à l'œil nu. En effet, l'appareil photo met en évidence les couleurs infiniment mieux que l'œil en conditions de basses lumières.


JL Dauvergne, le 23 décembre 2015

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Exomars TGO photographie Mars au plus près

    La sonde européenne Trace Gas Orbiter (TGO) a commencé ses observations de Mars. Si plusieurs de ses instruments doivent étudier l’atmosphère de la planète rouge, elle possède tout de même une caméra capable de prendre des images de la surface avec une bonne précision.

  • L'image du jour : Soyouz bénie par un pope

    La tradition ne date pas de Gagarine, mais elle est tout aussi scrupuleusement suivie que les autres étapes qui, à Baïkonour, précèdent le décollage d'astronautes. Ce matin, le pope de Leninsk a béni la fusée russe qui doit lancer Thomas Pesquet sur orbite.

  • Curiosity analyse une météorite

    Le rover de la Nasa s’est arrêté quelques instants afin d’étudier une étrange roche sombre. Il s’agit d’une météorite fer-nickel de la taille d’une balle de golf.