Un objet spatial inconnu fonce vers le Sri Lanka

Retour du cargo ATV Jules Verne dans l'atmosphère, le 29 septembre 2008. ©NASA/ESA/Bill Moede and Jesse Carpenter

Le 13 novembre 2015 à 6h20 TU, un objet non identifié va entrer dans l'atmosphère au-dessus des eaux territoriales du Sri Lanka.

Découvert en 2013, WT1190F (c'est son nom) a dans un premier temps été identifié comme un astéroïde. Le problème c'est qu'il a une orbite de 3 semaines autour de la Terre.

De plus, la multiplication des observations a permis de mesurer l'influence de la pression des photons du Soleil sur sa trajectoire. Résultat : il a une densité 10 fois plus faible que celle de l'eau ! C'est encore moins dense que les comètes. Il s'agit donc vraisemblablement d'un objet artificiel.

« J'ignore pourquoi il n'est pas répertorié. Je sais seulement que son orbite est chaotique et qu'il est impossible de connaître sont origine exacte, explique Jérémie Vaubaillon, astronome à l'IMCCE. On penche évidemment pour un troisième étage de fusée lunaire, mais rien n'est certain ».

Une campagne d'observation est lancée

Lors de sa plongée atmosphérique prévue le 13 novembre 2015 au large du Sri Lanka, WT1190F devrait être intégralement détruit par l'atmosphère car il ne mesure que quelques mètres de large. Pour en avoir le cœur net, l'Agence spatiale européenne (ESA) est en train d'organiser une campagne d'observation.

Le but est de mieux comprendre comment nos satellites se comportent lorsqu'ils reviennent dans l'atmosphère. Jérémie Vaubaillon, spécialiste des météores internationalement reconnu, va également observer sur place cette rentrée atmosphérique pour l'observatoire de Paris.

D’autres cas similaires

Ce n'est pas la première fois que des objets sont découverts dans le voisinage de la Terre sans qu'il soit possible de déterminer avec certitude leur nature. C'est le cas notamment de 1991VG. Il est sur une orbite inhabituelle de 380 jours quasi identique à celle de la Terre. Sa vitesse de rotation d'un tour toutes les 7,5 minutes est également inhabituelle.

En 1995, Duncan Steel, astronome à l'Observatoire anglo-australien, avance une hypothèse pour le moins audacieuse : il pourrait s'agir d'une sonde extraterrestre car la probabilité d'avoir un objet naturel sur une telle orbite est estimée comme faible. Plus prosaïquement, là aussi, un débris de fusée a été suspecté, mais cette hypothèse a finalement été écartée. Il s'agirait plutôt d'un bloc éjecté de la Lune lors d'un impact, slon l'astronome uruguayen G. Tancredi.

Il faut se souvenir d'un autre cas de fusée qui s'est fait passer pour un astéroïde de façon plus certaine. L'astronome amateur Bill Yeung avait découvert le 3 septembre 2002 un objet bizarre. Il s'agit probablement du troisième étage de la mission Apollo 12. Cette hypothèse a été corroborée par une analyse spectrale : les mesures étaient cohérentes avec la peinture utilisée sur le corps des fusées lunaires américaines Saturne V !

Enfin, le module lunaire de la mission Apollo 10, abandonné dans l'espace après avoir permis l'ultime répétition avant le premier alunissage, au lieu de s'écraser sur la Lune, s'est perdu en orbite solaire. Mais personne ne sait où il se trouve malgré quelques recherches menées depuis 2011. Il pourrait lui aussi refaire un jour son apparition au voisinage de la Terre.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.