Quelque chose a bougé sur la comète Chury !

Sur cette image du 8 janvier 2015, les zones cerclées en rouge montrent des structures qui n'étaient pas visibles un mois plus tôt. ©ESA/Rosetta.

Ciel & Espace a réalisé un gif animé montrant de nombreux changements à la surface de la comète Chury.

En un mois, quelque chose a changé à la surface de la comète Churyumov-Gerasimenko (Chury). La comparaison de deux clichés d'une même région du noyau cométaire, l'un pris le 9 décembre 2014, l'autre le 8 janvier 2015, le révèle.

Des trous et des glissements de terrain

Par endroits, le terrain semble avoir glissé. Ailleurs, des formes sinueuses et sombres se sont formées. Plus loin, ce sont de petites cavités qui sont apparues.

« C'est une zone bien active de la comète, estime Nicolas Biver, spécialiste des comètes à l'observatoire de Meudon. Que certaines de ces traînées aient été causés par des blocs tombés de la paroi voisine, ou des types d'écoulements / glissements de terrain dans la zone plus lisse me paraît plausible. Ces mouvements sont peut-être liés à l'activité. »

Réperées par l’astronome amateur allemand Wolgang Muehle, qui les a diffusées sur son compte Twitter, ces modifications sont encore plus perceptibles quand on crée une animation en superposant les deux clichés, pris avec des éclairages solaires assez similaires. C'est ce que Ciel & Espace a fait (voir ci-dessous). ©ESA/Rosetta/JL.Dauvergne/C&E.

Des changements bien réels

Les images des caméras à haute résolution Osiris (pas publiques à ce jour) permettront certainement de mieux comprendre l'origine de ces changements. Mais les astronomes planchent déjà dessus. Plusieurs équipes se sont réparti les régions de la comète.

Pour le moment, l’équipe qui surveille la zone du « cou », visible sur les deux clichés, n'a rien dit, mais il se murmure dans les couloirs de l'observatoire de Marseille que les changements notés sur cette zone en particulier sont bien réels et sans doute liés à l'activité cométaire. Il ne s'agit donc pas d'illusions d'optique ou d'artefacts dus à l'imperfection des détecteurs des caméras.

Une comète active

Rien d'étonnant finalement : la comète est de plus en plus active. Les nombreuses images de la caméra de navigation de la sonde Rosetta nous le montre presque quotidiennement : des jets de gaz sont visibles. Ils semblent bien émaner de la région du « cou ». Et ils sont de plus en plus forts à mesure que la comète se rapproche du Soleil.

Cela fait déjà cinq mois que la sonde photographie la surface, et des changements notables apparaissent. « Ces changements semblent être réels et non des artefacts de la caméra de navigations », confirme Nicolas Biver.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.