Paolo Nespoli atterrit dans la neige

Retour du vaisseau russe Soyouz sur le sol du Kazakhstan, le 14 décembre 2017. © Nasa/B. Ingals
Le 14 décembre 2017, l’astronaute italien de l’Agence spatiale européenne est revenu sur Terre après 139 jours dans l’espace à bord de la station spatiale internationale.

Il n’y a plus d’Européen dans l’espace. Après 139 jours passés dans la station spatiale internationale (ISS), l’astronaute Paolo Nespoli est revenu sur Terre à bord du Soyouz MS-05, ce 14 décembre 2017. Le module de rentrée du vaisseau russe a touché le sol enneigé du Kazakhstan à 9 h 37 (heure française) par une température de -16°C, qui contrastent avec 1600°C endurés par le bouclier thermique lors du retour dans l’atmosphère à 28000 km/h, quelques minutes plus tôt.

Paolo Nespoli est revenu sur Terre en compagnie de l’Américain Randy Bresnik et du Russe Sergueï Ryazansky. Il a bouclé 2224 orbites autour de la Terre et parcouru pour cela 94 millions de kilomètres. L’Italien, âgé de 60 ans, a effectué trois missions spatiales et passé en tout 313 jours en orbite.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • MUSE réalise un magnifique cliché de Neptune

    Grâce à un nouveau système d’optique adaptative, l’instrument MUSE du Very Large Telescope (VLT) de l’ESO a pu obtenir l’image la plus précise de Neptune prise depuis la Terre. Généralement réservé aux télescopes spatiaux, Hubble notamment, ce type d’image de grande qualité des confins de notre Système solaire est désormais réalisable par les télescopes au sol.

  • L’astéroïde Ryugu en 3D

    L’astronome-musicien Brian May a produit une image stéréo de l’astéroïde Ryugu, la prochaine cible d'Hayabusa 2, à partir de deux vues prises à 13 minutes d’intervalle.

  • Première photo d’une planète en formation

    Le Very Large Telescope (VLT) au Chili vient de photographier une planète en train de s’agréger en orbite autour d’une étoile proche. Cette nouvelle prouesse est due à l’optique adaptative de nouvelle génération appelée SPHERE.