Opportunity au bord d’une ravine

Crédit : NASA/JPL-Caltech
Le robot américain, sur Mars depuis 2004, arrive en vue de son nouvel objectif au bord du cratère Endeavour : une ravine qui pourrait avoir été creusée par de l’eau… mais pas uniquement.

Sur Mars, la longévité a du bon, et pas seulement pour permettre à un rover de battre des records. Le robot Opportunity devrait en faire la démonstration dans les semaines qui viennent. Après treize ans et demi passés à arpenter la planète rouge dans la région de Meridiani Planum, voilà qu’il arrive tout près d’un objectif qui fait rêver les scientifiques depuis des années : une ravine. Celle-ci, baptisée Perseverance Valley, n’est ni la plus spectaculaire, ni la plus attractive. Mais, alors qu’elle semblait initialement hors de portée d’Opportunity, voilà qu’elle va être photographiée et étudiée de près par ce même robot, qui s’est mis en route dans sa direction en octobre 2016.

Le mystère des éboulements martiens

Avec ses 44,7 km au compteur, Opportunity pourrait bien donner aux scientifiques le fin mot d’un mystère qui dure depuis que la sonde orbitale Mars Global Surveyor, en 2000, a permis d’identifier des ravines récentes sur les flancs de certains cratères ou de certaines montagnes. Leur aspect fait penser à des écoulements d’eau qui auraient creusé des ruisseaux éphémères. Mais depuis leur découverte, deux thèses s’opposent pour expliquer leur présence : soit des effondrements de sable, à sec, soit la liquéfaction soudaine de glaces contenues dans le sol.

Récemment, une équipe française a démontré que l’écoulement d’eau sur Mars semblait difficile à envisager, compte tenu des conditions de faible pression qui y règnent.

Opportunity sur la bonne pente

Le valeureux robot américain est donc sur le point de s’engager le long de l’une de ces ravines, longue d’environ 150 m. L’engin a au préalable longé le bord ouest du cratère Endeavour. Mais avant de s’engager à l’intérieur du cratère dans une descente qui pourrait être trop raide (entre 15 et 17 degrés d’inclinaison), il va prendre des photos. D’abord depuis un point et ensuite depuis un autre point situé sur le côté de plusieurs mètres. Ainsi, les scientifiques auront une vue stéréoscopique du terrain qui leur permettra d’évaluer la pente avec précision et de choisir le meilleur chemin pour faire descendre le robot. Malgré ses instruments vieillissants, Opportunity pourrait récolter des données venant étayer l’une ou l’autre des hypothèses concernant l’origine des ravines martiennes.

Parcours effectué par Opportunity depuis octobre 2016 (de haut en bas) au bord du cratère Endeavour. Crédit : Nasa.

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • L'observatoire de Paris fête ses 350 ans

    C'est le plus ancien observatoire au monde, qui fonctionne sans interruption depuis sa fondation en 1667. Ce 21 juin 2017, jour du solstice d'été, l'observatoire de Paris fête ses trois siècles et demi d'existence.

  • Comment la galaxie des Chiens de Chasse s'est révélée peu à peu

    Découverte en 1845 par lord Rosse, la belle structure spirale de la galaxie des Chiens de chasse (M51) a ensuite été dessinée et photographiée tout au long du XIXe siècle. Découvrez comment dans cette animation.

  • Thomas Pesquet revient sur Terre

    Après 196 jours passés dans la station spatiale internationale, l'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet revient sur Terre ce 2 juin 2017, à bord d'une capsule Soyouz, en compagnie du Russe Oleg Novitskiy. L'atterrissage dans la steppe kazakhe est prévue à 16h10, heure française.