Lever de Soleil sur le cratère Copernic

Sur la Lune, la journée dure presque un mois. Résultat, le lever du Soleil est bien plus lent que sur Terre. Toutefois, son mouvement ralenti peut être perçu. Les astronautes d'Apollo 11 avaient d'ailleurs photographié le rétrécissement de l'ombre de leur module Eagle en quelques heures. C'est que qu'a réussi Emmanuel Beaudoin, astronome amateur et collaborateur régulier de Ciel et Espace, mais depuis la Terre !

Le 17 mars 2016, à l'aide de son télescope Schmidt-Cassegrain de 355 mm muni d'une caméra Basler ACA1300M, il a photographié le terminateur lunaire pendant 2 h 30. En cadrant sur le cratère Copernic (90 km de diamètre, l'un des plus spectaculaires de la Lune), il a réalisé cette série de 4 images montrant l'instant où les parois intérieures du cirque son progressivement illuminées par le Soleil levant (cliquer sur l'image pour voir l'animation).

Malgré une turbulence atmosphérique assez forte, les images (600 clichés empilées pour chacune) restent détaillées sur toute la durée de la séquence et l'on rêve d'une prise de vue qui durerait plus longtemps pour assister, par exemple, à l'émergence dans la lumière du pic central du cratère !

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Exomars TGO photographie Mars au plus près

    La sonde européenne Trace Gas Orbiter (TGO) a commencé ses observations de Mars. Si plusieurs de ses instruments doivent étudier l’atmosphère de la planète rouge, elle possède tout de même une caméra capable de prendre des images de la surface avec une bonne précision.

  • L'image du jour : Soyouz bénie par un pope

    La tradition ne date pas de Gagarine, mais elle est tout aussi scrupuleusement suivie que les autres étapes qui, à Baïkonour, précèdent le décollage d'astronautes. Ce matin, le pope de Leninsk a béni la fusée russe qui doit lancer Thomas Pesquet sur orbite.

  • Curiosity analyse une météorite

    Le rover de la Nasa s’est arrêté quelques instants afin d’étudier une étrange roche sombre. Il s’agit d’une météorite fer-nickel de la taille d’une balle de golf.