Le premier homicide par chute de météorite ?

Le cratère laisse perplexe les apprentis enquêteurs. Crédits : DR

Une météorite a-t-elle tué un homme ? Attendons avant de la condamner : l'enquête est bien plus floue qu'il n'y paraît...

Cela serait une première plutôt morbide. Aucun cas de mort par météorite n'a jamais pu être acté par des sources officielles, au mieux quelques rumeurs et de simples blessés.

Alors lorsque la police indienne annonce qu'un homme a été tué par une météorite le 6 février 2016, le monde médiatique s'empresse de l'inscrire dans l'histoire comme « première victime d'une météorite ».

En vérité, l'affaire est loin d'être aussi claire. La culpabilité d'une météorite loin d'être prouvée. Gardons la présomption d'innocence et analysons les faits.

Une explosion mystérieuse
Une chose est certaine : un homme est mort ce samedi 6 février sur le campus de l'université d'ingénieurs de Vellore, dans le Tamil Nadu, en Inde.

Au moment des faits, les témoins ont ressenti une violente explosion, qui a brisé les vitres d'un bus et de plusieurs bâtiments de l'université. L'onde de choc est entendue jusqu'à 4km de l'épicentre et les étudiants évoquent des problèmes d'audition qui ont duré plusieurs dizaines de minutes après l'explosion.

Niveau médecine légale, le corps de l'homme tué présente des blessures sur le torse et sa peau a pris une teinte sombre, signe qu'une violente explosion l'a touché à faible distance.


(/!\ Vidéo potentiellement choquante /!\ ) Les dégâts causé par l'explosion.

Qu'est-ce qui a causé cette explosion ? Deux indices seulement permettent de le comprendre : un cratère d'environ un mètre et les débris de ce qui semblait être un conteneur d'eau. La clé du mystère semble le concerner : le chauffeur de bus décédé y buvait à l'instant du drame. Les restes du conteneur sont éparpillés tout autour du cratère. Il semble avoir explosé. D'après les déclarations officielles, c'est le choc de l'impact de la météorite avec le sol qui a tué l'homme et causé l'explosion du conteneur. Mais cette version ne tient pas debout.

« Il n'y a pas de raison pour que ce soit la météorite qui soit la cause de la mort, selon Patrick Michel, de l'observatoire de la Côte d'Azur. Le cratère de petite taille et l'absence de boule de feu dans le ciel impliquent que la vitesse de la météorite était faible, seulement en chute libre. Ce n'est pas suffisant pour provoquer une telle explosion. »

De plus, les blessures de l'homme montrent une explosion avec une forte chaleur, suffisante pour noircir la peau. Cela n'est pas compatible avec la chute d'une météorite.


Un fragment à identifier
Il n'est pas le seul à douter, la Nasa a également déclaré que l'homme n'a pas été tué par la météorite. Dans ce cas, pourquoi ces rumeurs ? Sur place, les enquêteurs (qui ont marché sur le cratère en groupe, ruinant tout espoir d'étude sérieuse) analysent en ce moment une roche qui pourrait venir de l'espace. Les premiers résultats indiquent que des fragments de météorites étaient bel et bien présents sur le site, mais ces résultats sont encore discutés.

Si cela se confirme, alors un autre scénario est envisageable : si la météorite est tombée directement sur le conteneur d'eau et avait causé son explosion. « C'est possible, admet Patrick Michel. Mais dans ce cas, cela peut être n'importe quoi à la place d'une météorite. Un débris spatial, d'avion ou quelque chose d'autre »

Le malheureux conducteur aurait donc été au mauvais endroit au mauvais moment.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Etoile géante naissante

    Déjà rares à l’âge adulte, les étoiles massives sont difficilement observables durant leur formation. Pourtant, une équipe de chercheurs anglais est parvenu à dévoiler les tout premiers instants de la vie d’une de ces étoiles hors gabarit.

  • Découverte : une planète autour de l’étoile la plus proche

    A seulement 4,3 années-lumière du Système solaire, un autre monde potentiellement très ressemblant à la Terre gravite autour de Proxima du Centaure, dans la zone habitable de l’étoile.

  • Pluie d'étoiles filantes pour les Perséides

    Dans la nuit du 11 au 12 août 2016, un maximum d’étoiles filantes devrait être observable. Le 12 août au soir promet aussi un beau spectacle malgré la Lune, gênante.