La Soyouz TMA-20M rejoint son pas de tir

Tôt dans la matinée du mercredi 16 mars 2016, une fusée russe Soyouz est acheminée vers son pas de tir en vue de son lancement, vendredi 18 mars 2016 à 22h26 (heure de Paris). La TMA-20M décollera de Baïkonour (Kazakhstan) pour envoyer trois astronautes vers la Station spatiale internationale. L'Américain Jeffrey Williams et les Russes Oleg Skriprotchka et Alexey Ovchinin rejoindront Tim Kopra, Tim Peake et Youri Malenchenko, présents dans l'ISS depuis le 15 décembre 2015.

Jusqu'au 7 septembre 2016 et leur retour sur Terre, Williams, Skriprotchka et Ovchinin entreprendront des recherches sur les effets des voyages spatiaux sur le squelette et la musculature. Ils étudieront aussi la capacité des comprimés pharmaceutiques à se diluer en apesanteur, et réfléchiront au moyen de réduire la taille du matériel d'entraînement physique à bord de l'ISS. Un gain de place qui servira à accueillir plus d'astronautes à terme. Une sortie dans l'espace est prévue lors de cette 47e expédition.

Kopra, Peake et Malenchenko, quant à eux, reviendront sur Terre le 1er juin 2016, après six mois de séjour dans l'espace.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.