Jupiter, Io et Ganymède à la loupe

Jupiter, Io et Ganymède. Crédit : Nasa/D. Peach/Ciel et Espace Photos

L'astronome amateur britannique Damian Peach photographie les planètes avec un télescope de 280 mm de diamètre. C'est plutôt modéré comme puissance... Pourtant, en réalisant ses clichés lors de nuits extrêmement stables et grâce à son savoir-faire, il parvient à réaliser de véritables prouesses.
Cette image, obtenue le 11 septembre 2010, en fait partie. Elle montre les nuages de Jupiter avec un luxe de précision. De nombreux détails sont visibles aux abords de la Grande Tache Rouge qui est accompagnée par Red Junior, une tempête un peu moins importante.


Le plus étonnant est à voir sur les deux satellites galiléens visibles près de la planète. En haut à droite, Ganymède laisse entrevoir des structures sur sa surface. D'un diamètre de 5260 km, ce corps glacé est parcouru de zones striées. En bas à gauche, Io, bien plus petit (autour de 3600 km de diamètre) révèle également quelques détails. A comparer avec une photo similaire prise avec le télescope spatial Hubble (2,4 m de diamètre).
La surface de Io est sans cesse remodelée par une ceinture de volcans actifs découverts par les sondes Voyager en 1979.

Philippe Henarejos, le 8 août 2011.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Retour sur Terre pour trois astronautes de l’ISS

    La capsule Soyouz qui abritait Scott Tingle, Norishige Kanai et Anton Shkaplerov s’est posée sans encombre au Kazakhstan le 3 juin 2018 à 6h34, heure locale. Les trois astronautes ont passé 168 jours à bord de l’ISS.

  • Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

    L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

  • La baie du mont Saint-Michel depuis l’espace

    Un des sites touristiques les plus visités de France a été photographié par le satellite Sentinel-2 durant une marée descendante. La mission Sentinel-2 observe notre planète pour y recenser les stigmates du réchauffement climatique.