Deux astronautes de plus pour l’ISS

La fusée Soyouz au décollage, le 20 avril 2017. © Nasa/Aubrey Gemignani
Le 20 avril, un vaisseau Soyouz a placé un Russe et un Américain sur orbite. Ils doivent s’amarrer le jour-même à la station spatiale internationale (ISS).

Le Soyouz MS04 a décollé à l’heure. Il était 9 h 13, ce 20 avril 2017, quand le vaisseau russe s’est arraché à l’attraction terrestre depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. À son bord, fait exceptionnel depuis 2003, non pas trois mais seulement deux astronautes : le Russe Fiodor Iourtchikhine (58 ans) et l’Américain Jack Fischer (43 ans, dont c’est le premier vol). La Russie a en effet réduit sa participation à la station spatiale internationale (ISS) pour des raisons budgétaires.

En moins de dix minutes, le Soyouz a gagné son orbite sans le moindre souci. Le lancement, synchronisé avec un passage de l’ISS, a permis à l’équipage d’arriver à destination en seulement six heures. Le Soyouz a effectué son rendez-vous avec l’ISS le jour-même à 15 h 18. Deux heures plus tard, l'écoutille s'ouvrait et les deux hommes rejoignaient les trois occupants de l'ISS, dont le Français Thomas Pesquet.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.