Ariane 6 c’est ça !

Vue d'artiste du décollage d'Ariane 6. Crédit : Airbus Safran Launchers

Pour sa première année d'activité la nouvelle société Airbus Safran Launchers (ASL) a présenté Ariane 6 telle quelle devrait voler en 2020.

« Cela avance très vite et sa configuration est maintenant figée », a expliqué Alain Charmeau, président de la joint venture ASL. Avec l'appui de deux ou quatre boosters à poudre (en fonction de la masse à lancer) et de la technologie, éprouvée sur Ariane 5, des moteurs cryotechniques, Ariane 6 devrait répondre à la demande des clients d'abaisser le coût de production du lanceur de 40 à 50% par rapport à Ariane 5.

Assemblage à l'horizontale
Pour atteindre cet objectif, sans nuire aux atouts de lanceur européen qui atteignait, cette nuit, son 70e tir sans faute, l'organisation industrielle a été revue, le design a été simplifié, les processus standardisés, et de nombreuses innovations technologiques sont toujours étudiées. Ainsi, la décision a été prise d'intégrer horizontalement Ariane 6 — tant aux Mureaux qu'à Kourou — et de redresser le lanceur sur le pas de tir. Une mise à la verticale finale qui rappelle le process mis en place sur Soyouz par les Russes.

Ariane 5 et 6 vont cohabiter cinq ans
En attendant 2020, ASL continuera à améliorer les performances et la sécurité d'Ariane 5 qui, en parallèle d'Ariane 6, répondra aux demandes des clients d'Arianespace jusqu'à la fin du « tuilage » des lanceurs prévus pour 2025. Vingt vols d'Ariane 6 devraient avoir lieu avant la fin 2023. Le gant lancé par la Société Space X d'Elon Musk est relevé !

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.

  • La planète de Proxima b est-elle hostile à toute forme de vie ?

    C’est l’exoplanète la plus proche du Système solaire. Et elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, Proxima du Centaure. Mais Proxima b subit régulièrement de violentes éruptions stellaires qui posent à nouveau la question de son hospitalité envers la vie.