Wu Ji, directeur du Centre chinois pour la science spatiale : « La Chine est ouverte à davantage de collaborations internationales »

Le Pr Wu Ji, directeur du Centre chinois pour la science spatiale. © P. Henarejos/C&E
Début 2019, la Chine bluffait la planète entière en posant la sonde Chang’e 4 sur la face cachée de la Lune — une première mondiale ! Elle s’impose désormais comme un acteur important de l’exploration scientifique de l’espace. Ses objectifs actuels vont de l’orbite terrestre à la planète Mars. Début juillet 2019, nous avons rencontré à Lausanne le Pr Wu Ji, qui mène la stratégie chinoise en ce domaine. En exclusivité, il nous détaille les ambitions spatiales de son pays, mais aussi ses intentions — parfois contrariées — en matière de coopération internationale.
Ciel & espace : À l’été 2020, la mission chinoise HX-1 doit décoller pour la planète Mars. Elle comporte un orbiteur et un rover, avec en tout treize instruments scientifiques. C’est un projet très ambitieux. Ce délai pourra-t-il être tenu ?   Wu Ji : Pour l’heure, tout est nominal sur le vaisseau lui-même, mais la fusée Longue Marche 5 [capable de placer 25 tonnes en orbite basse, NDLR], qui doit le propulser, rencontre des problèmes. Ces problèmes, que nous tentons actuellement de résoudre, pourraient nous faire manquer la fenêtre de l’été 2020. Cela reporterait alors le décollage à fin 2022.   Et si tout se passe comme prévu pour cette mission, nous serons le pays, après les États-Unis, à réussir un atterrissage sur Mars. Mais nous savons que
Ciel & espace : À l’été 2020, la mission chinoise HX-1 doit décoller pour la planète Mars. Elle comporte un orbiteur et un rover, avec en tout treize instruments scientifiques. C’est un projet très ambitieux. Ce délai pourra-t-il être tenu ?

 

Wu Ji : Pour l’heure, tout est nominal sur le vaisseau lui-même, mais la fusée Longue Marche 5 [capable de placer 25 tonnes en orbite basse, NDLR], qui doit le propulser, rencontre des problèmes. Ces problèmes, que nous tentons actuellement de résoudre, pourraient nous faire manquer la fenêtre de l’été 2020. Cela reporterait alors le décollage à fin 2022.

 

Et si tout se passe comme prévu pour cette mission, nous serons le pays, après les États-Unis, à réussir un atterrissage sur Mars. Mais nous savons que...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.