Ce week-end (et lundi), observez les Perséides !

Crédit : M. Landy-Giebnar.
Comme tous les ans à la mi-août, la Terre croise les poussières de la comète Swift-Tuttle. Il se forme alors la célèbre pluie d’étoile filante des Perséides qui atteindra son pic d’activité entre le 12 et 13 août 2018.

Voir une étoile filante est toujours un moment magique, alors pouvoir en observer plus d’une centaine par heure est un spectacle vraiment immanquable ! Comme tous les ans, à la mi-août, des centaines d’étoiles filantes vont traverser l’atmosphère terrestre. C’est que qu’on appelle l’essaim des Perséides. Ces événements fugitifs sont visibles, de nuit, tout le week-end. Toutefois, le maximum d’activité de l’essaim est attendu juste après : il s’étendra du 12 août à 22 heures jusqu’au 13 août à 10 heures du matin. Des étoiles filantes devraient être observables en nombre dès la fin du crépuscule du soir, le 12, mais leur fréquence augmentera au fil de la nuit. C’est au petit matin, vers 3 ou 4 heures, que la pluie d’étoile filante sera la plus généreuse alors que la constellation de Persée, d’où elles semblent provenir, sera bien haute dans le ciel. Pour ce cru 2018, qualifié de moyen (moins bon qu'en 2016), les prévisions estiment qu’environ 110 météores seront visibles par heure. Durant la nuit du 12 au 13 août, deux petit surplus d’activités sont prévus par les spécialistes : le premier au tout début du pic d’activité, le 12 août à 22 heures et le second, des heures après, le 13 août à 3h37.

Faites face au nord-est et repérez la constellation de Persée, où se trouve le radiant, point d’origine des étoiles filantes. Mais elles peuvent apparaître indifféremment dans n’importe quelle partie du ciel. Crédit : C&E.

A vos chaises longues !

Cette année, les conditions sont optimales pour observer ces grains de poussières s’embraser dans le ciel. La Lune est absente du ciel une grande partie de la nuit. Nouvelle le 11 août (d’ailleurs une éclipse partielle de Soleil est visible en Europe du Nord ce jour-là), son fin croissant se couche rapidement après le crépuscule et ne parasite pas le ciel de sa lumière étincelante les jours suivant.. Pour ne pas manquer une seule étoile filante, installez-vous confortablement sur une chaise longue ou à même le sol, de préférence les pieds vers le nord-est. A l’aide d’une carte du ciel, repérez la constellation de Persée (elle se trouve dans le sillage de la Voie Lactée), c’est dans cette région que les étoiles filantes prennent leur source. Dans l’idéal, choisissez un endroit dégagé et à l’écart des lumières urbaines qui pourraient masquer les étoiles filantes les plus ténues. Aucun instrument n’est nécessaire pour apprécier le spectacle, vos yeux et votre patience sont amplement suffisants.

Des fragments de comète

Ce ne sont évidemment pas des étoiles qui pénètrent notre atmosphère mais des restes de la comète 109P/Swift-Tuttle. Celle-ci passe près de la Terre environ tous les 130 ans et laisse sur sa trajectoire un sillage de poussières dont la taille s’échelonne du micromètre au centimètre. L’orbite de la Terre traverse cet essaim de résidus tous les ans à la même période, de mi-juillet à mi-août. Le pic d’activité a lieu lorsque notre planète passe dans la partie la plus dense de l’essaim. Les poussières qui entrent dans alors l’atmosphère s’enflamment dans le ciel et produisent des trainées lumineuses. La dernière fois que Swift-Tuttle nous a rendu visite, c’était en 1992. Cette pluie d’étoile filante n’est pas la seule de l’année, bien que son occurrence estivale la rende très populaire dans l’hémisphère nord. Pour les chasseurs d’étoiles filantes les moins frileux, les Léonides et les Géminides, respectivement observables en novembre et en décembre, offrent un spectacle qui vaut aussi le coup d’œil.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matériel d'observation : l'indispensable guide d'achat

    Nous venons de publier une nouvelle édition numérique du numéro spécial matériel #2 regroupant nos tests de lunettes, de montures, d’oculaires et de jumelles. En tout, vous retrouverez 90 tests de matériel à travers les deux numéro spéciaux, le 1er est consacré aux télescopes. Ils sont accessibles sur notre site web ou dans notre application « Ciel et Espace, Le + »

  • Un nouveau scénario pour l’origine des anneaux de Saturne

    Depuis que la composition et la masse des anneaux de Saturne sont mieux connues, grâce notamment à la sonde Cassini, les astronomes multiplient les modèles pour décrire leur formation. Mais aussi leur âge. Un chercheur de l’université de Toronto s’y colle cette fois avec, au départ de tout, une collision entre un satellite de Saturne et une comète.

  • L’insoutenable gravité de l’Univers, expliquée par Gabriel Chardin

    La gravitation reste une énigme. Elle résiste toujours à la physique quantique, qui décrit l’infiniment petit… Et si l’antimatière était la clé du mystère, comme le propose le théoricien Gabriel Chardin ?