Espace shopping
Ciel & Espace, le magazine qui vous guide toujours plus loin
Abonnez-vous au magazine et à sa version numérique.

Ciel & Espace, nouvelle formule, c'est
  • des actualités
  • des reportages
  • des interviews, des portraits
  • les plus belles images de l'Univers décryptées pour vous
  • des tests d'instruments sans concession
  • des conseils pour débuter et pratiquer l'astronomie
  • des pages consacrées à la publication de vos photos
Mais c'est aussi une vraie communauté avec laquelle partager votre passion et nourrir votre curiosité.

> Pour tout savoir de l’actualités inscrivez-vous à la newsletter
    

Des icebergs sur Titan ?

TitanLake_360.jpg

Vue d’artiste des lacs de Titans avec des icebergs. Crédit : Nasa/JPL-Caltech/USGS

Les lacs d'hydrocarbures de Titan, le gros satellite de Saturne, pourraient être partiellement couverts de glace. C'est la conclusion à laquelle aboutit une équipe de chercheurs menée par l'Américain Jonathan Lunine, de l'Université Cornell.

Des glaces hivernales
Pour suggérer que des blocs de glace d'hydrocarbures flottent près des rives de ces lacs, les chercheurs mettent en avant de nouveaux modèles théoriques. Jusqu'ici, on pensait en effet que le méthane glacé serait trop dense pour flotter sur une étendue de méthane liquide.

Des interactions complexes entre les glaces et l'atmosphère de Titan indiquent qu'au cours de l'hiver, par -180°C, elles pourraient finalement flotter. Il suffit pour cela d'un apport de 5% en azote. D'où l'idée d'icebergs ou de banquise partielle en bordure des lacs.

Des lacs de plus en plus « solides »
Imaginés depuis les passages des sondes Voyager près de Saturne en 1980 et 1981, les lacs de Titan ont été observés à plusieurs reprises, par la sonde Cassini. Ses caméras infrarouges, capables de voir sous l'épaisse couche de nuages qui enveloppe Titan, ont enregistré la réflexion du Soleil sur des surfaces planes.

Ces mêmes surfaces planes ont aussi été étudiées grâce au radar de Cassini. Leurs propriétés suggèrent fortement qu'elles correspondent à des lacs. D'autant que des lignes de rivages concentriques ont été observées tout autour de certains d'entre eux, et cela fait penser à des variations saisonnières du niveau. Enfin, certains lacs sont apparus, vraisemblablement alimentés par des pluies de méthane.

Une hypothèse vérifiable
Toutes ces données vont sans doute permettre de vérifier l'hypothèse de ces glaces flottantes. Notamment, avec l'arrivée du printemps dans l'hémisphère Nord de Titan, les lacs vont se réchauffer. Si des icebergs constellent leur surface, le radar enregistrera une surface moins plane (avec des aspérités liées à la présence de glaçons) qui apparaîtra plus brillante. Mais il faudra encore un peu de patience : sur Titan, comme sur Saturne, chaque saison dure environ 7 ans.

 
Retour Haut de page
Observer
Etat du ciel
Instruments
Images d'amateurs