Vidéo : la fin de la comète ISON

Alors qu'elle s'apprête à sortir du champ de vision de SOHO, la comète n'est plus qu'un fantôme en haut de cette photo. Crédit : NASA/ESA/EIT-SOHO.

Passée à seulement 1,17 million de kilomètres du Soleil, la comète ISON s'est évanouie sous l'œil du satellite SOHO.

Imprévisibles comètes

Le 28 novembre 2013, la comète ISON a rasé la surface du Soleil. Des simulations laissaient espérer qu'elle résiste à ces conditions extrêmes.

Hélas, le noyau s'est disloqué. Les petits blocs restants — sans doute de taille du mètre — sont encore restés actifs dans les heures qui ont suivi le périhélie (passage au plus près du Soleil), avant de s'épuiser à leur tour.

Quelles sont les hypothèses au sujet de cette comète qui venait pour la première fois aux abords de la Terre ? Que savons-nous de son lieu d'origine : le lointain Nuage d'Ort, réservoir de petits astres glacés aux frontières du Système solaire ? Voici les thèmes abordés dans notre dossier de Ciel & Espace de décembre, en kiosque actuellement.

Ci-dessous : son passage dans le champ du coronographe Lasco C3 du satellite SOHO. Un disque occulte le Soleil pour pouvoir observer la couronne solaire autour.


Sur les images du 30 novembre 2013, à la fin de la journée, la comète ISON n'est plus que l'ombre d'elle-même, les poussières restantes se dispersent.

Il n'y aura certainement plus rien à observer lorsqu'elle remontera dans le ciel de l'aube après le 5 décembre 2013.

La mésaventure de cette comète montre une fois de plus à quel point nous ne savons pas prédire leur comportement. Certains s'étaient aventurés à annoncer la comète du siècle...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.

  • La planète de Proxima b est-elle hostile à toute forme de vie ?

    C’est l’exoplanète la plus proche du Système solaire. Et elle se trouve dans la zone habitable de son étoile, Proxima du Centaure. Mais Proxima b subit régulièrement de violentes éruptions stellaires qui posent à nouveau la question de son hospitalité envers la vie.