Une nébuleuse dans une galaxie naine

La galaxie naine NGC 2366 par le télescope Hubble. Crédit : Nasa/ESA/C&E Photos

Ce champ céleste très dense en étoiles, photographié par le télescope spatial Hubble, est une galaxie. Son nom : NGC 2366. Elle n'est pas très connue parce qu'en dépit de sa proximité (10 millions d'années-lumière), elle est très peu lumineuse. Sur la voûte céleste, dans la constellation de la Girafe, elle occupe le cinquième du diamètre apparent de la pleine Lune mais demeure invisible à l'œil nu.

NGC 2366 est en revanche une cible intéressante pour le télescope spatial Hubble qui, grâce à sa vue perçante, peut discerner ses étoiles. La galaxie naine, comparable aux Nuages de Magellan, ne possède pas de bras spiraux chargés de nébuleuses. Eloignée de toute voisine, elle a subi peu d'interactions gravitationnelles qui engendrent des épisodes de formation d'étoiles. Seule une grande région gazeuse (NGC 2363, en bleu) est le siège de flambées stellaires.

La galaxie spirale visible sur le cliché se trouve bien loin en arrière-plan, à des dizaines de millions d'années-lumière. Inversement, l'étoile brillante située sur la gauche de l'image appartient à la Voie lactée et se situe donc bien plus proche.

Philippe Henarejos, le 10 mai 2012.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.