Une Française à la tête du plus grand projet de radioastronomie

L’astrophysicienne française Catherine Cesarsky. © Cirone-Musi
L’astrophysicienne française Catherine Cesarsky vient d’être nommée présidente du Conseil d’administration du Square Kilometer Array (SKA).

Le Square Kilometre Array (SKA) est un ensemble de radiotélescopes puissants, actuellement en cours de construction en Afrique et en Australie. Il sera aussi important pour l’astronomie de demain que des grands projets comme le télescope spatial James Webb (JWST) des Américains ou l’Extremely Large Telescope (ELT) européen. L’étude de l’ELT a d’ailleurs été lancé par Catherine Cesarsky lorsqu’elle était directrice de l’Observatoire européen austral, de 1999 à 2007.

Ci-dessus, une vue d’ensemble de l'observatoire Meerkat, en Afrique du Sud.
C'est la première phase du projet SKA. © J.-L. Dauvergne/C&E


La nomination de Catherine Cesarsky est intéressante, car la France ne fait pas partie actuellement du projet SKA, mais un groupe d’étude piloté par Chiara Ferrarri, de l’observatoire de la Côte d’Azur, prépare une éventuelle adhésion.

Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre reportage en Afrique du Sud publié dans le numéro de septembre-octobre de Ciel & Espace, actuellement en kiosque. Nous nous sommes rendu au Cap, d’où seront pilotés certains radiotélescopes, ainsi que sur le site de Meerkat, où 64 radiotélescopes sont en cours d’installation.

Leur nombre sera porté à 200 dans les années à venir,  et le consortium envisage même d’aller jusqu’à 2000 antennes déployés sur toute l’Afrique si des fonds supplémentaires viennent consolider le projet.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…