Un trou noir dormant dans la galaxie du Sculpteur

La galaxie du Sculpteur observée dans l'infrarouge par VISTA. Crédit : ESO/Vista/Ciel et Espace Photos

Cette nouvelle image de la galaxie NGC 253, située à 13 millions d'années-lumière dans la constellation du Sculpteur, laisse les astronomes perplexes. Prise par le satellite NuStar, qui observe l'Univers en rayons X (et plaquée sur une photo d'un télescope de l'ESO), elle montre que le trou noir de 5 millions de masses solaires qui se trouve au centre de la galaxie (la tache blanche) n'est guère actif. En d'autres termes, il n'est pas en train d'engloutir des nuages de gaz ou des étoiles.

Or, des observations menées voici dix ans avec le satellite Chandra, également sensible aux rayons X, indiquaient l’inverse. Cette activité était considérée comme normale car, contrairement à la Voie lactée, NGC 253, qui a été photographiée en détail par le télescope Hubble, est le siège d'un épisode intense de formation stellaire. Ce processus est censé alimenter le trou noir en gaz et en étoiles...

Les astronomes ont deux interprétations : soit le trou noir s'est effectivement endormi au cours des dix ans ; soit à l'époque il n'était pas aussi actif qu'on le pensait. Dans cette deuxième hypothèse, le satellite Chandra aurait perçu les rayonnements X de plusieurs sources ponctuelles simulant l'activité du trou noir.

Les autres sources de rayons X visibles en orange sur l'image de NuStar correspondent à des astres binaires (étoiles à neutrons ou trous noirs stellaires) situées dans les bras de NGC 253.

De nouvelles observations sont donc prévues avec les deux satellites pour trancher sur l'état du trou noir central de la galaxie.

Philippe Henarejos, le 13 juin 2013

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une longue caverne identifiée sur la Lune

    Des grottes existent bien sur la Lune. Une étude menée par des scientifiques japonais montre que l’une d’elles mesure vraisemblablement 50 km de long et serait idéale pour fournir un abri à de futurs explorateurs lunaires.

  • La Terre vue par une voyageuse interplanétaire

    En passant au ras de notre planète le 22 septembre 2017, la sonde américaine Osiris-Rex a pris un cliché qui montre l’océan Pacifique et l’Australie.

  • Derniers souffles d’une étoile

    Le réseau d’antennes millimétriques Alma a permis de visualiser une bulle de gaz en expansion autour de U Antliae, une étoile en train de mourir.