Un arc-en-ciel dans Orion

Embryons d'étoiles dans la nébuleuse d'Orion. Crédit : NASA/ESA/JPL-Caltech/IRAM/Ciel et Espace Photos

Trop belle pour être réelle ? En effet, cette splendide image de la nébuleuse d'Orion, à 1 500 années-lumière de la Terre, a été réalisée dans l'infrarouge par les télescopes spatiaux Spitzer et Herschel. C'est-à-dire à des longueurs d'onde invisibles pour l'œil humain, et qui sont donc transcrites par un code couleur.

Cette fois-ci, reconnaissons-le, les astronomes ont eu la main heureuse : avec le vert (70 microns) et le rouge (160 microns) de Herschel, le bleu assigné aux longueurs d'onde de 8 et 24 microns captées par Spitzer forme un bel arc-en-ciel.

Mais l'image montre surtout un tableau saisissant de la formation stellaire dans cette région. Au sein des nuages froids (vus ici en rouge et vert, car ils rayonnent à grande longueur d'onde), le chapelet de condensations brillantes que l'on distingue est constitué d'étoiles à naître. Celles qui tirent sur le bleu sont les embryons les plus chauds et les plus évolués.

L'objet le plus étincelant de l'image représente les quatre étoiles du Trapèze, les jeunes astres massifs qui illuminent la nébuleuse d'Orion, dans le visible, et que les astronomes amateurs connaissent bien.

David Fossé, le 29 février 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Exomars TGO photographie Mars au plus près

    La sonde européenne Trace Gas Orbiter (TGO) a commencé ses observations de Mars. Si plusieurs de ses instruments doivent étudier l’atmosphère de la planète rouge, elle possède tout de même une caméra capable de prendre des images de la surface avec une bonne précision.

  • L'image du jour : Soyouz bénie par un pope

    La tradition ne date pas de Gagarine, mais elle est tout aussi scrupuleusement suivie que les autres étapes qui, à Baïkonour, précèdent le décollage d'astronautes. Ce matin, le pope de Leninsk a béni la fusée russe qui doit lancer Thomas Pesquet sur orbite.

  • Curiosity analyse une météorite

    Le rover de la Nasa s’est arrêté quelques instants afin d’étudier une étrange roche sombre. Il s’agit d’une météorite fer-nickel de la taille d’une balle de golf.