Thomas Pesquet revient sur Terre

Le Soyouz emportant Thomas Pesquet et Oleg Novitskiy s'est détaché de l'ISS à 12h47. Crédit : ESA/Cnes
Après 196 jours passés dans la station spatiale internationale, l'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet revient sur Terre ce 2 juin 2017, à bord d'une capsule Soyouz, en compagnie du Russe Oleg Novitskiy. L'atterrissage dans la steppe kazakhe est prévue à 16h10, heure française.

Lui-même le confiait récemment, "ces six mois sont passés en un clin d'œil." Ce matin du 2 juin 2017, tandis qu'il s'installait à nouveau dans son siège du vaisseau Soyouz MS-03, Thomas Pesquet a-t-il songé au 17 novembre 2016, à cette nuit où — après des années d'entraînement —, il s'est enfin envolé vers l'espace ?

Si la question lui est posée, l’astronaute français pourra y répondre dans quelques heures. Le trajet de retour de la station spatiale vers la Terre devrait durer à peine 3 h 20 min, pour un atterrissage prévu à 16h10, heure française, à quelques centaines de kilomètres à l'ouest de la ville de Karaganda (Kazakhstan).

Le déroulé du vol

Après 2 heures et demie de vol dans l'espace (à 28 000 km/h, mais pendant lequel il ne se sera éloigné que de 19 km de l'ISS), les moteurs du Soyouz seront allumés pendant 5 minutes, afin que le vaisseau freine et perde de l'altitude.

Thomas Pesquet et Oleg Novitsky dans le Soyouz, avant leur retour sur Terre. © ESA
"Je croyais avoir plus de place avec deux passagers au lieu de trois. Mais je me sens plus à l'étroit qu’à l’aller”. © ESA

Une demie-heure plus tard, vers 15h50, heure française, le module de descente s'étant séparé du reste du vaisseau entrera dans l'atmosphère, à 122 km d'altitude, protégé par son bouclier thermique.

Ce n'est que lorsque la vitesse de la capsule et ses deux passagers aura été ralentie à environ 800 km/h que s'ouvriront ses parachutes. Le premier pour la freiner à 288 km/h, puis le second pour lui assurer une descente verticale, à la vitesse finale de 26 km/h.

Une minute avant l'atterrissage, six propulseurs s'allumeront pour freiner encore la capsule à la vitesse de 8 km/h, jusqu'à 1 m du sol.

Visionnez le retour de Thomas Pesquet en direct

Vous pourrez suivre toutes ces étapes en direct sur cette page, en compagnie de Philippe Henarejos qui intervient sur le plateau de Franceinfo TV.

Vous pouvez aussi lire l'intégrale du journal de Thomas Pesquet.

Thomas Pesquet signe la paroi carbonisée de sa capsule de retour sur Terre. Crédit : DR

[Mise à jour à 17h : L'atterrissage de Thomas Pesquet s'est parfaitement déroulé. En conversation téléphonique avec le Président de la République quelques minutes après l'atterrissage, il confiait toutefois en plaisantant : "tenir ce téléphone est la chose la plus difficile que j'ai faite depuis six mois !" Il doit maintenant se réhabituer à la gravité terrestre.]

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Il est possible de voir les aurores sur d’autres planètes

    Les aurores polaires sont l’un plus beaux spectacles que nous offre le ciel. Sur Terre, elles sont réservées à quelques régions privilégiées du globe, comme nous l’expliquons dans le dossier du Ciel & Espace n°556 (novembre 2017). Mais notre planète n’en possède pas l’exclusivité. Jupiter, Mars, Saturne s’illuminent sous l’effet des particules solaires. Et bientôt nos télescopes observeront les aurores même dans d’autres systèmes planétaires !

  • 150 images de l'espace aux enchères à Paris

    Le samedi 25 novembre 2017, l’une des plus importantes collections privées européennes de photographies de l’espace sera vendue par lots à la maison de ventes aux enchères FauveParis.

  • L’astéroïde venu d’ailleurs pose l’énigme de sa forme

    Le corps céleste 1l/2017 U1 Oumuamua, qui a fait irruption dans le Système solaire, a pu être suivi sans relâche par de puissants télescopes. Ces observations dévoilent une forme allongée, similaire à une baguette de pain, bien difficile à expliquer… Une colle pour les astronomes.