Télescopes géants : les 10 projets les plus fous (1/2)

Colossus, un télescope de 74 m de diamètre © Planets Foundation
Si le futur Extremely Large Telescope, avec ses 39 m de diamètre, commence à être connu du public, d’autres projets astronomiques tout aussi fous sont en train de prendre forme, que ce soit un télescope terrestre de 74 m de diamètre, d’un autre perché à 5600 m d’altitude, ou encore de télescopes spatiaux de 16 m de diamètre !
Un colosse à la recherche de la vie extraterrestre. Lorsque l’Observatoire européen austral (ESO) a esquissé la première idée de construire un télescope géant, le projet s’appelait OWL et visait un miroir de 100 m de diamètre. Depuis, les contraintes techniques et budgétaires sont passées par là, et il a été réduit à 39 m et renommé ELT. Certains rêveurs n’ont pas abandonné l’idée d’aller bien au-delà.

La Planets Foundation estime qu’il est possible de trouver de la vie ailleurs d’ici une dizaine d’années, notamment en cherchant les signes de chaleur émis par une civilisation extraterrestre avancée. Pour atteindre ce but, ce consortium international étudie la construction de Colossus, un télescope de 74 m de diamètre. Pour atteindre ce gigantisme,...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

    L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !

  • Des falaises glacées sur la planète Mars

    La sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a observé de la glace sur Mars en huit endroits, sous forme de couches superposées à quelques mètres seulement sous la surface de la planète rouge.

  • L’étoile Bételgeuse tourne en 30 ans

    Les observations du réseau d’antennes millimétriques ALMA ont permis de calculer à quelle vitesse la supergéante rouge Bételgeuse boucle un tour sur elle-même.