Russie : le plus gros impact de météorite depuis 1908

Une simulation retrace les événements survenus le 15 février 2013 dans le ciel de Russie. Crédit : Animation courtesy of Analytical Graphics, Inc.

Les nombreuses observations réalisées ont permis aux scientifiques de la Nasa de reconstituer les circonstances exactes de la chute de météorite survenue le 15 février 2013.

Une vidéo montre quelle était la trajectoire suivie par le petit corps céleste, dont la taille initiale est désormais estimée à 17 m de diamètre.

30 fois la bombe d'Hiroshima

Les nombreuses vidéos montrant l'arrivée dans l'atmosphère d'un bolide, le 15 février 2013 à 3 h 20 mn 26 s (temps universel), ont permis de reconstituer sa trajectoire.

Les effets observés, notamment le passage d'une onde de choc qui a causé de nombreux dégâts dans les villes de la région de Tcheliabinsk (vitres brisées, portes enfoncées et toitures effondrées), ont permis d'estimer l'énergie libérée dans la haute atmosphère.La luminosité du bolide au moment où il se désintègre a fourni une autre information quant à cette énergie.

Les spécialistes des astéroïdes au Jet Propulsion Laboratory (Nasa), en Californie, considèrent donc maintenant que l'objet avait un diamètre de 17 m et une masse de 10000 tonnes avant de pénétrer dans l'atmosphère. En percutant l'air qui entoure la Terre à 18 km/s, il a relâché une énergie de 500 kilotonnes, soit plus de 30 fois la puissance de la bombe d'Hiroshima.

Le petit astéroïde a mis 32,5 secondes à se désintégrer.

Une simulation de l'événement

Les spécialistes de la Nasa ont reconstitué la trajectoire de l'objet sur une simulation numérique qui montre sa fragmentation et sa désintégration au-dessus de Tcheliabinsk, à une altitude voisine de 20 km.

Cette simulation permet aussi de voir que ce bolide n'a aucun lien avec l'astéroïde 2012 DA14 qui a frôlé la Terre quelques heures plus tard et qui a été observé depuis le Pic du Midi. Les deux trajectoires sont en effet quasiment perpendiculaires.

Le plus gros impact depuis 1908

La Terre n'avait pas été percutée par un corps aussi gros depuis le 30 juin 1908. Ce jour-là, également en Russie, dans la région sibérienne de la Toungouska (à 1500 km au nord-est de Tcheliabinsk), un astéroïde ou une comète dont la taille est estimée à 50 m était entré dans l'atmosphère. Il avait explosé à environ 10 km d'altitude, au-dessus d'une zone peu peuplée.

Malgré tout, des témoins avaient vu l'événement et en avaient ressenti les puissants effets (une onde de choc très chaude qui a mis leu feu à leurs vêtements !). Une zone de 2000 km2 de taïga avait été dévastée, tous les arbres se retrouvant couchés et brûlés. L'énergie libérée équivalait à 1000 fois la bombe d'Hiroshima.

La Terre est touchée par un astéroïde de ce calibre en moyenne une à deux fois par siècle. Le fait que l'objet de Tcheliabinsk ait été observé et filmé par de nombreux témoins va permettre aux scientifiques de mieux évaluer les dégâts attendus lors d'impacts plus gros. Surtout si des fragments sont récupérés, comme cela semble être le cas. La densité de l'astéroïde sera alors connue précisément et la physique de l'impact pourra être bien établie.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta pour les nuls en BD

    Tout le monde a suivi l’atterrissage de Philae sur la comète Chury le 12 novembre 2014, mais pour le grand public, son vaisseau mère Rosetta est resté un peu dans l'ombre. Heureusement, c'est à son tour d'être sous le feu des projecteurs, car Rosetta se pose sur la comète le 30 septembre 2016. Ces quelques planches vous permettront de comprendre cette mission.

  • Europe, la lune active qui gagne en attractivité

    Avec de nouvelles observations du télescope spatial Hubble, le deuxième satellite de Jupiter est suspecté d’éjecter de la vapeur d’eau. Un indice de plus de l’existence de l’océan sous-glaciaire d’Europe, qui intéresse les exobiologistes.

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.