Où passera l’astéroïde qui frôlera la Terre en 2013 ?

L'astéroïde 2012 DA14 approchant la Terre le 15 février 2013. Crédits: Chris Lorel/ JPL

Les calculs du Jet Propulsion Laboratory ont servi à l'informaticien Chris Lorel pour modéliser en vidéo le passage de l'astéroïde 2012 DA14, qui frôlera la Terre le 15 février 2013.

La simulation ci-dessous, réalisée par Chris Lorel sur son logiciel Cosmographia, montre le passage prévu le 15 février 2013 de l'astéroïde 2012 DA14 à 22000 km de la Terre (soit 1/17 de la distance Terre-Lune).


Cet astéroïde géocroiseur de 45 mètres et 120 000 tonnes a été détecté le 23 février 2012 par l'équipe d'astronomes amateurs de l'observatoire de La Sagra, en Espagne.

Une orbite assez inclinée

Il suit une trajectoire assez inclinée par rapport au plan de l'orbite terrestre et arrivera par l'hémisphère Sud de la planète. Il coupera ensuite le plan orbital des nombreux satellites géostationnaires, comme les TDRS, visibles sur la vidéo et qui sont des relais de communication pour l'administration américaine.

L'astéroïde continuera ensuite sa course dans l'espace au-dessus de l'hémisphère Nord.


Le Jet Propulsion Laboratory a mis au point une simulation Système solaire comprenant 584439 astéroïdes, 3140 comètes et 175 satellites naturels.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.