Observation exceptionnelle d'une supernova annoncée

Pour la première fois les astronomes ont assisté à une explosion de supernova qu'ils avaient prédite. L'image en noir et blanc obtenue par le télescope Hubble est peu flatteuse, mais elle constitue une belle victoire pour la relativité générale (lire C&E n°544).

En effet, la galaxie distante de 5 milliards d'années-lumière, où s’est produite la supernova Refsdal, est visible grâce à l’amplification de sa lumière par un amas de galaxies situé à l’avant-plan. Or, du fait des distorsions de l'espace-temps, l’image de cette galaxie est triple.

Début 2015, sur une précédente photo, les astronomes avaient déjà observé cette supernova sur une des trois images de la galaxie. Comme le temps de trajet de la lumière dans l’espace n'est pas le même pour chacune des images, ils se sont livrés à des calculs qui ont montré qu’ils avaient manqué Refsdal en 1995, quand elle était visible sur l'une des trois images.

De même, ils ont déterminé que l’explosion apparaîtrait sur la troisième image à partir de 2016. En pointant le télescope spatial Hubble sur leur cible dès le 11 décembre 2015, ils ont assisté à cette apparition prédite grâce aux théories d'Einstein.

Philippe Henarejos, le 17 décembre 2015

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.