Le VLT détaille une montagne sur Vesta

À gauche, Vesta vu par le VLT. À droite, une image de synthèse issue des données de Dawn. © ESO/L. Jorda et al., P. Vernazza et al.
Un des quatre télescopes européens de 8 m installés au Chili vient de produire l’image la plus précise de la surface de Vesta, l’un des plus gros astéroïdes de la Ceinture principale, située entre les orbites de Mars et de Jupiter.

La nouvelle optique adaptative SPHERE du Very Large Telescope, au Chili, continue à faire des prouesses comme le montre cette vue récente de Vesta, à gauche. L’image est comparée à droite à une image de synthèse issue des données de la sonde spatiale Dawn.

On reconnaît les cratères principaux, de même qu’une montagne. L’astéroïde de 525 km est vu ici avec de nombreux détails, alors qu’il a une taille apparente d’environ 0,5 seconde d’arc — dans un télescope d’amateur de 20 cm, c’est un point !

La précision atteinte par SPHERE est meilleure que prévu, si bien que l’instrument est utilisé pour faire de la géologie sur les astéroïdes. Ce n’est pas son objectif principal, le but étant avant tout de photographier directement des exoplanètes. Hélas elles manquent à l’appel.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • MUSE réalise un magnifique cliché de Neptune

    Grâce à un nouveau système d’optique adaptative, l’instrument MUSE du Very Large Telescope (VLT) de l’ESO a pu obtenir l’image la plus précise de Neptune prise depuis la Terre. Généralement réservé aux télescopes spatiaux, Hubble notamment, ce type d’image de grande qualité des confins de notre Système solaire est désormais réalisable par les télescopes au sol.

  • L’astéroïde Ryugu en 3D

    L’astronome-musicien Brian May a produit une image stéréo de l’astéroïde Ryugu, la prochaine cible d'Hayabusa 2, à partir de deux vues prises à 13 minutes d’intervalle.

  • Première photo d’une planète en formation

    Le Very Large Telescope (VLT) au Chili vient de photographier une planète en train de s’agréger en orbite autour d’une étoile proche. Cette nouvelle prouesse est due à l’optique adaptative de nouvelle génération appelée SPHERE.