Le cratère lunaire Aristarque en couleurs

Le cratère Aristarque, sur la Lune, photographié par Mario Weigand.

C'est l'un des cratères lunaires les plus brillants. Aristarque, avec ses 40 km de diamètre, est non seulement une cible spectaculaire pour les astronomes amateurs mais aussi pour les scientifiques. Formé voici 450 millions d'années (l'impact qui l'a creusé est visible sur cette vidéo, à 1' 53”), c’est l’un des grands cratères lunaires les plus jeunes. Situé sur un plateau en plein océan des Tempêtes, il figure parmi les sites d'exploration les plus intéressants.

Aristarque est également connu comme l'un des sites autour duquel ont été repérés de très nombreux phénomènes transitoires attribués à des manifestations volcaniques tardives (des émanations gazeuses).

Le 6 mars 2012, le photographe Mario Weigand en a tiré le portrait avec son télescope mais en exagérant les teintes des terrains qui l'entourent. Ce traitement permet de visualiser la diversité des sols dans l'environnement d'Aristarque.

Le champ couvert permet de voir la vallée Shroëter, d'origine volcanique, qui serpente sur le plateau.

Les parois internes du cratère ont été photographiées de très près récemment par la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO). On reconnaît leurs gradins sur l'image de Mario Weigand.

Philippe Henarejos, le 19 mars 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vénus et l’avion de ligne

    Alors que la planète Vénus passe au plus près de la Terre, un avion de ligne a été saisi juste à côté de son fin croissant. Une photo rare !

  • L'éclipse de Patagonie

    Le 26 février 2017, une éclipse annulaire de Soleil était visible depuis la Patagonie.

  • La supernova de 1987, trente ans plus tard

    Les astronomes ne pouvaient manquer pareil anniversaire : le 23 février 1987 apparaissait la dernière supernova visible à l’œil nu. Pour la circonstance, ils ont utilisé le télescope spatial Hubble pour photographier ce « soleil éclaté », dont l’onde de choc continue de traverser l’espace.