Le cargo Edoardo Amaldi en phase d’approche

L'ATV en phase d'approche de la station internationale, le 28 mars 2012.

Le 28 mars 2012, l'astronaute Don Pettit a photographié le cargo Edoardo Amaldi en passe de s'amarrer à la station spatiale internationale (ISS). Ce vaisseau automatique a été lancé le 23 mars par la fusée Ariane 5. Sur la photo, ses moteurs sont allumés et propulsent du gaz afin d'ajuster finement sa trajectoire. Il est capable de s'amarrer automatiquement au module russe Zvezda, avec une précision de seulement 6 cm, le tout à 28 000 km/h au-dessus de la Terre !
Ce module européen de 20 tonnes emporte 3 tonnes d'ergols pour rehausser l'orbite de l'ISS, freinée par la haute atmosphère, mais aussi des vivres, de l'oxygène, de l'eau, des équipements scientifiques et des vêtements pour l'équipage.
Cette photo (1 s avec un grand angle très lumineux) permet de voir les étoiles à l'arrière-plan. Sous la station, l'atmosphère brille d'une faible lueur verte, liée à l'excitation des atomes d'oxygène. Le sol est, quant à lui, constellé de taches lumineuses trahissant l'éclairage des villes.
JL Dauvergne, le 10 avril 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Exomars TGO photographie Mars au plus près

    La sonde européenne Trace Gas Orbiter (TGO) a commencé ses observations de Mars. Si plusieurs de ses instruments doivent étudier l’atmosphère de la planète rouge, elle possède tout de même une caméra capable de prendre des images de la surface avec une bonne précision.

  • L'image du jour : Soyouz bénie par un pope

    La tradition ne date pas de Gagarine, mais elle est tout aussi scrupuleusement suivie que les autres étapes qui, à Baïkonour, précèdent le décollage d'astronautes. Ce matin, le pope de Leninsk a béni la fusée russe qui doit lancer Thomas Pesquet sur orbite.

  • Curiosity analyse une météorite

    Le rover de la Nasa s’est arrêté quelques instants afin d’étudier une étrange roche sombre. Il s’agit d’une météorite fer-nickel de la taille d’une balle de golf.