La Terre bombardée pendant plus d’un milliard d’années

De gigantesques astéroïdes ont frappé la Terre pendant plus d'un milliard d'années. Crédit : L. Bret/Ciel et Espace

Le dernier déluge d'astéroïdes qu'a subi notre planète a duré 15 fois plus longtemps que ce que l'on pensait. Au lieu d'être bombardée pendant 100 millions d'années, la Terre aurait enduré des impacts majeurs pendant 1,5 milliard d'années ! William Bottke, de la NASA, et son équipe ont en effet révisé le scenario du bombardement massif tardif, survenu il y a 4 milliards d'années dans le système solaire.

Les géantes jouent aux quilles

Pour expliquer les événements survenus à cette époque reculée, le « modèle de Nice » est aujourd'hui le plus accepté. Il prétend que toutes ces énormes météorites primordiales provenaient d'une ceinture d'astéroïdes naviguant entre Mars et Jupiter.

« Il y a 4 milliards d'années, les orbites des toutes jeunes planètes géantes Jupiter et Saturne a brusquement changé, ce qui a chamboulé profondément la configuration de tout le système solaire, explique Allessandro Morbidelli, à l'origine du modèle de Nice, et co-auteur de l'article de William Bottke. La ceinture d'astéroïdes en a été si perturbée qu'elle a éjecté ses objets vers les planètes plus proches du soleil, dont la Terre fait partie. » Le cataclysme a été si intense que la ceinture que l'on observe aujourd'hui ne contiendrait plus que 10% de sa masse initiale.

Des astéroïdes retardataires

Pour affiner leur modèle, les chercheurs ont récemment simulé l'effet qu'aurait eu la migration des planètes géantes sur une petite extension intérieure de la ceinture d'astéroïdes. Résultat : si la plupart de ses objets ont bien été expulsés avec tous les autres, une fraction d'entre eux aurait été temporairement placée sur une orbite très inclinée, et curieusement stable - celle des astéroïdes Hungaria, dont il existe encore quelques spécimens aujourd'hui. Cette nouvelle orbite aurait servi d'escale aux petits corps, qui s'en seraient échappés au compte-goutte pendant les centaines de millions d'années suivant, prolongeant le bombardement tardif de 1,5 milliards d'années.

Un scénario plus cohérent ?

Ce résultat est étonnant, mais il arrange bien Allessandro Morbidelli et ses collègues. Il explique la présence de bassins lunaires formés il y a 3 milliards d'années. Jusqu'à présent, leur existence demeurait une énigme dans le modèle de Nice.
Il arrange aussi les géologues car il explique certaines traces de roches fondues très anciennes, qui semblent indiquer que d'énormes objets se sont crashé sur la Terre jusqu'à 2,5 milliards d'années dans le passé.

Au final, les gros objets de la ceinture Hungaria ont continué à maltraiter notre planète pendant 1,5 milliard d'années, jusqu'à la fin de l'Archéen (voir cette présentation de Hervé Martin). Il est amusant de remarquer que la vie complexe a émergé à partir de ce moment là, comme si elle avait attendu la fin du déluge...

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La source de neutrinos cosmiques enfin identifiée

    D’où viennent les neutrinos qui bombardent la Terre en permanence ? Nous n’en connaissions jusqu’ici que deux sources : le Soleil et la supernova de 1987, dans le Grand Nuage de Magellan. Une enquête menée grâce au détecteur polaire IceCube et une batterie d’instruments au sol et dans l’espace a permis d’en découvrir une nouvelle, bien plus lointaine...

  • Ce que révèle le “coup de booster” d’Oumuamua

    Oumuamua, le premier astre venu d’un autre système stellaire, serait en fait une comète, et non un astéroïde. Ce récent résultat implique que les jeunes systèmes planétaires en formation éjectent des milliards de comètes, et que des milliers d’entre elles nous rendent visite en permanence.

  • Rejoignez-nous au festival de Fleurance !

    Du 4 au 10 août 2018, le monde de l'astronomie se donne rendez-vous à Fleurance (Gers) pour un festival qui promet bien des surprises ! Nous y serons, avec la remise du Prix Ciel & Espace du livre d'astronomie le 5 août.