La fusée Falcon 9 revient se poser à son point de départ

L'image est probablement historique : pour la première fois, le premier étage d'une fusée revient se poser en douceur et à la verticale tout près de son point de départ après avoir propulsé des satellites vers leur orbite. L'exploit technique a été réussi ce 22 décembre 2015 par la société privée américaine Space X. Après deux tentatives infructueuses, en janvier et en avril, la troisième est donc la bonne pour Elon Musk, le bouillant patron de Space X qui fait un grand pas vers la réutilisation des premiers étages de ses fusées Falcon 9.

Cette performance surpasse celle réalisée un peu plus tôt par son concurrent Jeff Bezos avec sa fusée Blue Origin. En effet, cette dernière avait atteint 100 km d'altitude à une vitesse réduite alors que cette fois, la fusée était en route vers l'orbite basse à une vitesse plusieurs fois supersonique. Le fait de réussir à freiner le premier étage et à le faire revenir en arrière pour se poser à Cap Canaveral à quelques kilomètres de son aire de lancement est une première.

Space X va maintenant pouvoir travailler sur l'étage récupéré pour estimer les difficultés à surmonter en vue de son éventuelle remise en service.

Philippe Henarejos, le 22 décembre 2015.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.