La comète ISON se réveille

La comète Ison approche. Elle promet un beau spectacle fin novembre, début décembre. ©D.Peach.

D'abord annoncée comme comète du siècle, Ison restait bien timide ; heureusement, son activité est franchement repartie à la hausse ces derniers jours.

ISON surveillée par Trappist


Depuis l'observatoire de La Silla, au Chili, le télescope belge Trappist suit activement la comète Ison. Le 5 novembre 2013, il a observé une première hausse de l'activité.

« Alors que l'activité est stable depuis environ un mois, la production de gaz augmente maintenant rapidement ! Elle a été multipliée par deux depuis le 1er novembre 2013, et principalement dans les dernières 48 heures », rapportait Emmanuel Jehin, chercheur à l'Institut d'astrophysique de Liège.

Le 12 novembre 2013, l'astronome annonce de nouveau une hausse de l'activité d'Ison : « Son flux lumineux à travers les filtre rouge et vert a doublé », indiquait Emmanuel Jehin.


Trappist Sud va perdre Ison

Malheureusement, après le 18 novembre 2013, le télescope Trappist ne pourra plus suivre la comète. Elle sera trop basse sur l'horizon depuis l'hémisphère Sud. Idéalement, il faudrait que les astronomes disposent d'une réplique de Trappist dans l'hémisphère Nord pour pouvoir assurer un suivi continu.

Le projet d'un tel instrument est envisagé au Maroc. Vous pouvez lire à ce propos, notre reportage sur place publié dans le numéro d'octobre de Ciel & Espace. Il est disponible en version numérique.

Ci-dessous, l'observatoire de l'Oukaimeden, au Maroc. Il abritera peut-être d'ici quelques années
le télescope Trappist Nord.
© J.-L. Dauvergne/C&E Photos

Retrouvez la comète Ison dans le ciel du matin

Actuellement, les observateurs de l'hémisphère Nord sont mieux lotis que Trappist. Ils peuvent retrouver la comète Ison dans le ciel du matin, du côté de la constellation de la Vierge. Ison peut être photographiée avec un petit téléobjectif, mais il faut disposer d'une optique lumineuse car son mouvement devient perceptible au-delà de 1 à 2 minutes de temps de pose avec une focale de 200 mm.

Sous un bon ciel, la comète devrait maintenant être à la limite de la visibilité à l'œil nu et se montrer évidente aux jumelles. Ne perdez pas de temps car, dès le 17 novembre, la Lune vient jouer les trouble-fête dans le ciel du matin.

Les jours suivants, la magnitude d’Ison augmente rapidement, jusqu'à ce qu'elle se noie dans les lueurs de l'aube après le 23 ou le 24 novembre 2013. Elle reviendra dans le ciel de l'aube vers le 5 décembre, après avoir viré au ras du Soleil le 28 novembre.


Retrouvez nos conseils d'observation et une carte céleste détaillée dans le numéro de novembre de Ciel & Espace actuellement en kiosque mais aussi disponible en version numérique.

Une comète peut en cacher une autre.

En septembre 2013, une comète surprise a été découverte par l'astronome amateur australien Terry Lovejoy. Début novembre, cette comète Lovejoy est plus lumineuse qu'Ison, avec une magnitude voisine de 6. Celle-ci devrait monter quasiment à 4 vers le 25 novembre. Il sera alors possible de voir Lovejoy à l'œil nu sous un bon ciel et aux jumelles depuis les zones moins bien situées.

Ci-dessous, la carte de la trajectoire de la comète Lovejoy. Elle est à chercher sous la Grande Ourse en fin de nuit.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.