La comète ISON est visible à l’œil nu

Cette photo d'ISON prise le 10 novembre montre que la comète commence à avoir plusieurs queues. Crédit : Michael Jäger.

Le 13 novembre nous vous annoncions une forte hausse de l'activité d'ISON, celle-ci vient de marquer une nouvelle augmentation d'activité d'un facteur 10.


Dans la nuit du 13 au 14, Emmanuel Jehin et Cyrielle Opitom de l'Université de Liège ont poursuivi leurs observation avec le télescope Trappist basé à la Silla. Ils ont constaté un nouveau sursaut d'activité de la comète ISON. « Cette nuit la comète a pris pas loin d'un facteur 10 en quantité de gaz éjecté et de la poussière est aussi expulsée », rapporte Emmanuel Jehin.


Ce phénomène est normal lorsqu'une comète se rapproche du Soleil. Le rayonnement de l'astre du jour fait fondre sa glace. Mais dans l'espace, celle-ci ne se transforme pas en eau liquide ; elle se vaporise directement (on dit qu'elle se sublime). Ce faisant, elle libère dans l'espace des grains de roches - des poussières - qui forment une queue. Le gaz, en s'étendant dans le vide sur des millions de kilomètres, constitue la chevelure de la comète.


Plus la chevelure est dense et étendue, plus elle rend la comète facile à voir.


ISON est visible à l'œil nu

Avec ce sursaut d'activité, ISON a donc gagné en visibilité, comme Emmanuel Jehin en témoigne : « J'ai pu l'observer ce matin aux jumelles, dans les bons sites elle est déjà visible à l'œil nu, ça a été bien plus vite que ce que je pensais ».

Ce comportement de la comète souligne une fois de plus le caractère totalement imprévisible d'un tel astre. ISON n'avait jamais été observée et c'est la première fois de son histoire qu'elle se rapproche du Soleil.

La comète en danger ?

Certains craignent que ces sursauts d'activités marquent le début de la fin pour la comète. En effet, un dégazage soudain et puissant pourrait amorcer une fragmentation du noyau. Une étude théorique a montré qu'elle a peu de chance de se briser, mais un doute persiste.

« Actuellement je ne vois qu'une augmentation forte des jets et pas de cassure, donc un dégazage "normal" qui s'accélère suite au rapprochement du Soleil », rassure Emmanuel Jehin.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus reportez vous à notre article en ligne publié hier.
Pour observer ISON, reportez vous à la carte de localisation publiée dans le numéro de novembre de Ciel et Espace. Il est actuellement disponible en kiosque, mais aussi en version numérique.

La carte ci-dessous montre la position d'ISON au 15 au 17 novembre ainsi que celles de Enke et Lovejoy, deux autres comètes bien visibles actuellement. Les comètes sont positionnées pour le 17. Cette carte est valable vers 6h30 heure locale.

Où est ISON ?

L'animation ci-dessous vous permet de visualiser où se trouve ISON par rapport au Soleil et la Terre

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.