La comète ISON est visible à l’œil nu

Cette photo d'ISON prise le 10 novembre montre que la comète commence à avoir plusieurs queues. Crédit : Michael Jäger.

Le 13 novembre nous vous annoncions une forte hausse de l'activité d'ISON, celle-ci vient de marquer une nouvelle augmentation d'activité d'un facteur 10.


Dans la nuit du 13 au 14, Emmanuel Jehin et Cyrielle Opitom de l'Université de Liège ont poursuivi leurs observation avec le télescope Trappist basé à la Silla. Ils ont constaté un nouveau sursaut d'activité de la comète ISON. « Cette nuit la comète a pris pas loin d'un facteur 10 en quantité de gaz éjecté et de la poussière est aussi expulsée », rapporte Emmanuel Jehin.


Ce phénomène est normal lorsqu'une comète se rapproche du Soleil. Le rayonnement de l'astre du jour fait fondre sa glace. Mais dans l'espace, celle-ci ne se transforme pas en eau liquide ; elle se vaporise directement (on dit qu'elle se sublime). Ce faisant, elle libère dans l'espace des grains de roches - des poussières - qui forment une queue. Le gaz, en s'étendant dans le vide sur des millions de kilomètres, constitue la chevelure de la comète.


Plus la chevelure est dense et étendue, plus elle rend la comète facile à voir.


ISON est visible à l'œil nu

Avec ce sursaut d'activité, ISON a donc gagné en visibilité, comme Emmanuel Jehin en témoigne : « J'ai pu l'observer ce matin aux jumelles, dans les bons sites elle est déjà visible à l'œil nu, ça a été bien plus vite que ce que je pensais ».

Ce comportement de la comète souligne une fois de plus le caractère totalement imprévisible d'un tel astre. ISON n'avait jamais été observée et c'est la première fois de son histoire qu'elle se rapproche du Soleil.

La comète en danger ?

Certains craignent que ces sursauts d'activités marquent le début de la fin pour la comète. En effet, un dégazage soudain et puissant pourrait amorcer une fragmentation du noyau. Une étude théorique a montré qu'elle a peu de chance de se briser, mais un doute persiste.

« Actuellement je ne vois qu'une augmentation forte des jets et pas de cassure, donc un dégazage "normal" qui s'accélère suite au rapprochement du Soleil », rassure Emmanuel Jehin.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus reportez vous à notre article en ligne publié hier.
Pour observer ISON, reportez vous à la carte de localisation publiée dans le numéro de novembre de Ciel et Espace. Il est actuellement disponible en kiosque, mais aussi en version numérique.

La carte ci-dessous montre la position d'ISON au 15 au 17 novembre ainsi que celles de Enke et Lovejoy, deux autres comètes bien visibles actuellement. Les comètes sont positionnées pour le 17. Cette carte est valable vers 6h30 heure locale.

Où est ISON ?

L'animation ci-dessous vous permet de visualiser où se trouve ISON par rapport au Soleil et la Terre

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…