La comète effleure la tour Eiffel

À l’œil nu, la comète Panstarrs a un aspect ponctuel. Pour percevoir sa queue, il faut des jumelles ou, en photo, un petit téléobjectif (ici, de 150 mm).

Même en pleine ville, la comète Panstarrs est faiblement visible à l'œil nu. Mais pour voir sa queue de gaz det de poussières, des jumelles se révèlent indispensables.

Cette photo a été prise le 17 mars 2013 depuis le Champ de Mars, à Paris. Ce soir-là, la comète était exactement à la verticale du Soleil depuis la latitude de la France. Une situation idéale pour commencer à la voir dans un ciel assombri entre la fin du crépuscule et en début de la nuit. Depuis la France, elle est visible depuis le 12 mars.

Dans les jours qui viennent, elle continue doucement à prendre de la hauteur dans notre ciel. Dans le même temps, sa magnitude décline progressivement. Le 17 mars, elle était de 2,5. Le 21, elle est à 3 et elle passe la barre de la magnitude 4, le 21 mars.

Pendant ce temps, elle fait son spectacle dans le champ du satellite Stereo. Pour en savoir plus sur l'observation de la comète, reportez-vous au numéro de mars 2013 de Ciel & Espace.

JL Dauvergne, le 18 mars 2013

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Retour sur Terre pour trois astronautes de l’ISS

    La capsule Soyouz qui abritait Scott Tingle, Norishige Kanai et Anton Shkaplerov s’est posée sans encombre au Kazakhstan le 3 juin 2018 à 6h34, heure locale. Les trois astronautes ont passé 168 jours à bord de l’ISS.

  • Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

    L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

  • La baie du mont Saint-Michel depuis l’espace

    Un des sites touristiques les plus visités de France a été photographié par le satellite Sentinel-2 durant une marée descendante. La mission Sentinel-2 observe notre planète pour y recenser les stigmates du réchauffement climatique.