La comète effleure la tour Eiffel

À l’œil nu, la comète Panstarrs a un aspect ponctuel. Pour percevoir sa queue, il faut des jumelles ou, en photo, un petit téléobjectif (ici, de 150 mm).

Même en pleine ville, la comète Panstarrs est faiblement visible à l'œil nu. Mais pour voir sa queue de gaz det de poussières, des jumelles se révèlent indispensables.

Cette photo a été prise le 17 mars 2013 depuis le Champ de Mars, à Paris. Ce soir-là, la comète était exactement à la verticale du Soleil depuis la latitude de la France. Une situation idéale pour commencer à la voir dans un ciel assombri entre la fin du crépuscule et en début de la nuit. Depuis la France, elle est visible depuis le 12 mars.

Dans les jours qui viennent, elle continue doucement à prendre de la hauteur dans notre ciel. Dans le même temps, sa magnitude décline progressivement. Le 17 mars, elle était de 2,5. Le 21, elle est à 3 et elle passe la barre de la magnitude 4, le 21 mars.

Pendant ce temps, elle fait son spectacle dans le champ du satellite Stereo. Pour en savoir plus sur l'observation de la comète, reportez-vous au numéro de mars 2013 de Ciel & Espace.

JL Dauvergne, le 18 mars 2013

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • La sonde Exomars TGO photographie Mars au plus près

    La sonde européenne Trace Gas Orbiter (TGO) a commencé ses observations de Mars. Si plusieurs de ses instruments doivent étudier l’atmosphère de la planète rouge, elle possède tout de même une caméra capable de prendre des images de la surface avec une bonne précision.

  • L'image du jour : Soyouz bénie par un pope

    La tradition ne date pas de Gagarine, mais elle est tout aussi scrupuleusement suivie que les autres étapes qui, à Baïkonour, précèdent le décollage d'astronautes. Ce matin, le pope de Leninsk a béni la fusée russe qui doit lancer Thomas Pesquet sur orbite.

  • Curiosity analyse une météorite

    Le rover de la Nasa s’est arrêté quelques instants afin d’étudier une étrange roche sombre. Il s’agit d’une météorite fer-nickel de la taille d’une balle de golf.