La comète effleure la tour Eiffel

À l’œil nu, la comète Panstarrs a un aspect ponctuel. Pour percevoir sa queue, il faut des jumelles ou, en photo, un petit téléobjectif (ici, de 150 mm).

Même en pleine ville, la comète Panstarrs est faiblement visible à l'œil nu. Mais pour voir sa queue de gaz det de poussières, des jumelles se révèlent indispensables.

Cette photo a été prise le 17 mars 2013 depuis le Champ de Mars, à Paris. Ce soir-là, la comète était exactement à la verticale du Soleil depuis la latitude de la France. Une situation idéale pour commencer à la voir dans un ciel assombri entre la fin du crépuscule et en début de la nuit. Depuis la France, elle est visible depuis le 12 mars.

Dans les jours qui viennent, elle continue doucement à prendre de la hauteur dans notre ciel. Dans le même temps, sa magnitude décline progressivement. Le 17 mars, elle était de 2,5. Le 21, elle est à 3 et elle passe la barre de la magnitude 4, le 21 mars.

Pendant ce temps, elle fait son spectacle dans le champ du satellite Stereo. Pour en savoir plus sur l'observation de la comète, reportez-vous au numéro de mars 2013 de Ciel & Espace.

JL Dauvergne, le 18 mars 2013

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Thomas Pesquet voit rouge

    Cela faisait longtemps que le Français Thomas Pesquet rêvait de photographier le plus fameux rocher rouge de la Terre : Ayers Rock, situé en plein cœur de l’Australie.

  • Mimas en clair-obscur

    L’image a quelque chose d’irréel, en raison de l’éclairage particulier sur Mimas et sa surface chaotique.

  • Une galaxie faussement banale

    Dans la constellation de la Vierge, la galaxie RX J1140.1+0307 semble parfaitement banale. Avec sa silhouette tourbillonnante et son cœur brillant, rien ne paraît la distinguer des innombrables autres galaxies spirales de l'Univers. Elle cache pourtant un secret.