La comète Catalina arrive !

Découverte le 31 octobre 2013, la comète C/2013 US10 Catalina promet de belles observations à partir du 3 janvier 2016. D'ici là, elle partage le ciel avec la Lune en seconde partie de nuit.

Avant cette période de cohabitation sélène, Alessandreo Cipolat Bares l'a photographiée depuis le Val d'Aoste en Italie, à 1700 m d'altitude, le 18 décembre 2015. La comète présente deux queues, l'une de poussière (à gauche), l'autre de gaz sur ce cliché obtenu avec une lunette de 530 mm de focale.

Catalina est déjà passée au plus près de Soleil le 6 novembre 2015. Dans l'absolu, elle devrait donc baisser de luminosité. Mais, dans le même temps, elle se rapproche de la Terre. Du coup, elle gagnera en éclat apparent jusqu'au 7 janvier 2016.

Il s'agit d'une comète d'importance moyenne pour l'observation. Sa magnitude montant à 6, elle est juste à la limite de la visibilité à l'œil nu. Ce qui est intéressant, c'est qu'elle va devenir circumpolaire à partir de la mi-janvier. Elle sera donc observable toute la nuit.

Pour la localiser début janvier, c'est assez facile. Elle croise l'étoile Arcturus le 2, puis remonte vers le haut de la constellation du Bouvier jusqu'au 10 janvier 2016. Il faut la chercher sur la bordure ouest de la constellation.

Pour en savoir plus, écoutez nos éphémérides radio sur Sound Cloud.

JL Dauvergne, le 28 décembre 2015

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.