L’ouragan Irma vu par l’astronaute Paolo Nespoli

L’ouragan de force 5 Irma, vu depuis l’ISS le 5 septembre 2017. © ESA/Nasa
Même depuis la Station spatiale internationale, à 400 km d’altitude, l’ouragan Irma apparaît énorme.

Ce n’est pas le premier ouragan que des astronautes observent de la station spatiale internationale (ISS), mais le super-cyclone Irma les impressionne par ses dimensions équivalant à celles de la France tout entière. L’astronaute italien de l’ESA Paolo Nespoli l’a photographié le 5 septembre 2017 depuis la baie vitrée du module Cupola.

Et son commentaire sur son compte Flickr, laconique, laisse comprendre combien cette formation atmosphérique est étendue : « Collage de l’ouragan Irma : une image ne suffisait pas pour ce qui pourrait être le plus puissant ouragan jamais vu dans l’océan Atlantique, protégez-vous en bas. »

Sur ce panorama final, on ne compte pas moins de quatre clichés assemblés.

Déjà responsable d’importantes dévastations sur les îles des Antilles, l’ouragan poursuit sa route en direction de la Floride où le Centre spatial Kennedy se prépare à l’affronter.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Retour sur Terre pour trois astronautes de l’ISS

    La capsule Soyouz qui abritait Scott Tingle, Norishige Kanai et Anton Shkaplerov s’est posée sans encombre au Kazakhstan le 3 juin 2018 à 6h34, heure locale. Les trois astronautes ont passé 168 jours à bord de l’ISS.

  • Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

    L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

  • La baie du mont Saint-Michel depuis l’espace

    Un des sites touristiques les plus visités de France a été photographié par le satellite Sentinel-2 durant une marée descendante. La mission Sentinel-2 observe notre planète pour y recenser les stigmates du réchauffement climatique.