L’origine de l’eau sur Terre en question

Une étude parue ce 28 mars dans la revue Science Advances met à mal le scénario d’une origine extraterrestre tardive pour l’eau de la Terre. Elle daterait pour l’essentiel d’avant l’impact géant qui a donné naissance à la Lune.

Les faits sont têtus. Si l’on en croit l’analyse d’une cinquantaine d’échantillons de roches lunaires et terrestres réalisée par le Britannique Richard Greenwood, le Français Jean-Alix Barrat et leurs collègues, les impacts d’astéroïdes et de comètes postérieurs à la naissance à la Lune n’auraient apporté que “5 à 30 %” de l’eau de notre planète. Autrement dit, entre 70 et 95 % de l’eau actuelle étaient déjà présents sur notre proto-Terre lorsqu’un corps de la taille de Mars est venu s’y fracasser pour former la Lune (lire Ciel & Espace n°549).

Avant de parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont soigneusement comparé les rapports isotopiques de l’oxygène dans les roches prélevées lors des missions Apollo et dans des basaltes et des olivines terrestres. Verdict : ceux-ci sont extrêmement proches — ce qui souligne le grand mélange de la matière réalisé lors de la collision géante d’où est née la Lune — mais tout de même suffisamment différents pour pointer, sur Terre, un apport de matière postérieur à l’impact géant.

Pour rendre compte de l’infime différence de composition isotopique des roches lunaires et terrestres, de l’ordre de 3 à 4 millionièmes, cet apport n’a pu représenter au mieux que 30 % de la quantité d’eau actuelle, expliquent les chercheurs dans leur article de Science Advances. Il se trouve d’ailleurs que cette quantité est mal connue, car l’essentiel de l’eau de la Terre réside dans son manteau. Au final, si notre planète recèle actuellement l’équivalent de 12 fois tous les océans à sa surface, au lieu de 2, l’apport extraterrestre postérieur à la naissance de la Lune n’est que de 5 %...

Cette mesure conforte l’hypothèse d’une eau terrestre “primordiale”, accumulée pendant la phase d’accrétion de notre planète, mais pose de nombreuses questions. Comment expliquer par exemple qu’autant d’eau ait pu se maintenir sur Terre malgré la violence de l’impact qu’elle a subi ?

Pour en savoir plus, lisez notre interview exclusive de Jean-Alix Barrat, coauteur de la découverte.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.