L’Œil de chat vu dans un télescope de 1m

La nébuleuse de l'Œil de Chat dessinée par Frédéric Burgeot, avec un télescope de 1 mètre construit par Frédéric Géa.

Passé maître dans l'art du dessin astronomique, Frédéric Burgeot s'est rendu cet été à Stellarzac. Cet observatoire situé sur le plateau du Larzac dispose d'un des plus gros télescopes amateurs du monde équipé d'un miroir de 1 mètre.

C’est avec cet instrument d'exception que le dessinateur a croqué la nébuleuse de l’Œil de chat (NGC 6543), une minuscule nébuleuse planétaire de la constellation du Dragon.

Notez qu'il parvient à voir des détails plus fins que sur une photo amateur. L'une des plus détaillées a été prise par les astronomes de Capella Observatory. Cette différence de résolution s'explique par le fait qu'en photo, la turbulence atmosphérique floute l'image car le temps de pose est de plusieurs minutes. Au contraire, l'œil voit en direct et détecte les détails dans les « trous » de turbulence.

Pour avoir une vue plus fine, il faut chercher du côté des photos du télescope spatial Hubble.

JL Dauvergne, le 14 septembre 2012

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • MUSE réalise un magnifique cliché de Neptune

    Grâce à un nouveau système d’optique adaptative, l’instrument MUSE du Very Large Telescope (VLT) de l’ESO a pu obtenir l’image la plus précise de Neptune prise depuis la Terre. Généralement réservé aux télescopes spatiaux, Hubble notamment, ce type d’image de grande qualité des confins de notre Système solaire est désormais réalisable par les télescopes au sol.

  • L’astéroïde Ryugu en 3D

    L’astronome-musicien Brian May a produit une image stéréo de l’astéroïde Ryugu, la prochaine cible d'Hayabusa 2, à partir de deux vues prises à 13 minutes d’intervalle.

  • Première photo d’une planète en formation

    Le Very Large Telescope (VLT) au Chili vient de photographier une planète en train de s’agréger en orbite autour d’une étoile proche. Cette nouvelle prouesse est due à l’optique adaptative de nouvelle génération appelée SPHERE.