L’éclipse vue depuis la stratosphère

L'éclipse de Soleil vue depuis la stratosphère le 20 mars 2015. Crédit : Sylvain Chapeland.

Pour observer l'éclipse totale de Soleil du 20 mars 2015, quelques passionnés n'ont pas hésité à grimper dans la stratosphère pour se donner 100 % de chances de beau temps.


« Nous sommes partis à 7 h TU de Paris pour rejoindre la trajectoire, et nous sommes allés pas très loin des îles Féroé par 63° N et 7° W. Pour nous, le maximum de l'éclipse a eu lieu à 9 h 44 TU pour une durée totale de 3 min 50 s », raconte l'astronome amateur Sylvain Chapeland.


D'autres avions faisaient partie de l'expédition organisée par le chasseur d'éclipses Xavier Jubier. Ce passionné n'en rate aucune, et va même les chercher jusqu'en Antarctique !


Soleil noir à 14000 m d'altitude
Cette fois-ci, il a affrété 4 avions d'affaires Falcon 7X (14 places), au départ du Bourget et de Genève. Pour la phase de totalité, les appareils ont grimpé à 14 000 m d'altitude afin de naviguer dans des couches d'atmosphère stables.
Ci-dessous, le résultat en vidéo. Dans la partie vue au grand-angle entre 0'27'' et 0'40'', le temps a été accéléré :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ce que révèle le “coup de booster” d’Oumuamua

    Oumuamua, le premier astre venu d’un autre système stellaire, serait en fait une comète, et non un astéroïde. Ce récent résultat implique que les jeunes systèmes planétaires en formation éjectent des milliards de comètes, et que des milliers d’entre elles nous rendent visite en permanence.

  • Rejoignez-nous au festival de Fleurance !

    Du 4 au 10 août 2018, le monde de l'astronomie se donne rendez-vous à Fleurance (Gers) pour un festival qui promet bien des surprises ! Nous y serons, avec la remise du Prix Ciel & Espace du livre d'astronomie le 5 août.

  • Le temple de Göbekli Tepe, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

    Sept mille ans avant les pyramides, le temple de Göbekli Tepe avait-il une vocation astronomique ? Son ancienneté et sa complexité posent autant de questions sur les débuts du Néolithique que sur nos préjugés... L’Unesco vient d’inscrire le site turc à sa liste du Patrimoine mondial.