L'année bissextile, le cadeau de César

Quel rapport y a-t-il entre l'année 2016 et Jules César, représenté ici sur une pièce d'argent de 44 av. J.-C. ? Réponse : l'année bissextile ! Si le mois de février de l'année 2016 comporte 29 jours, et non 28, c'est grâce au célèbre dictateur romain.

Jules César, voyant les saisons se décaler d'année en année par rapport aux dates prévues, fait appel à l'astronome Sosigène d'Alexandrie pour réviser le calendrier de l'époque.

Sosigène propose de diviser l'année en onze mois de 30 ou 31 jours, ainsi qu'un mois de 28 jours : le mois de février. Pour s'aligner avec l'année solaire de 365,25 jours, l'astronome grec ajoute 1 jour au mois de février tous les quatre ans.

L'année bissextile est donc née avec le calendrier « julien » (de Jules César), mis en place en 46 av. J.-C. Près de seize siècles plus tard, en 1582, le pape Grégoire XIII lance une réforme du calendrier, qui supprime les années bissextiles séculaires (se terminant par 00), sauf pour celles divisibles par 400 (comme les années 1600 et 2000 notamment).

Ainsi, le nouveau calendrier coïncide mieux avec la réelle année solaire, qui dure 365,2422 jours (et non 365,25). Néanmoins, ce calendrier « grégorien » utilisé de nos jours n'est qu'une amélioration du calendrier julien. Rendons donc à César ce qui est à César !

Clément Plantureux, le 29 février 2016

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Météore en plein cœur : et de 2 !

    Étonnant : par deux fois, une étoile filante a traversé le champ d’une photographie de la même nébuleuse, à quelques heures d’intervalle, sur deux continents différents !

  • Incendie près d’une base spatiale

    En Californie, les flammes font rage près de la base de Vandenberg, où le lancement d’une fusée Atlas 5 a dû être annulé.

  • Le ciel de Gaïa

    Un peu moins de trois ans après son lancement en décembre 2013, la sonde européenne Gaïa livre sa première carte du ciel. Plus d’un milliard de sources lumineuses y sont localisées avec une précision record.