Jouez aux archéologues sur Google Earth

Une ruine archéologique en Arabie Saoudite, vue depuis l'espace. Crédit : Google/LeadDog Consulting/Digital Globe

Grâce aux vues satellites disponibles en ligne, certains archéologues repèrent leurs futurs sites de fouille sur Internet.

Voici une petite promenade virtuelle pour découvrir l'archéologie de bureau, à laquelle nous consacrons un article dans le numéro de mai de Ciel & Espace (en kiosque le 22 avril 2011)

Des sites archéologiques repérés grâce au web

L'archéologue Scott Madry a souvent survolé la Bourgogne à la recherche de sites enfouis. Mais la mise à disposition d'images satellites sur Google Earth, à partir de 2005, a révolutionné sa pratique. Finies les longues heures passées à attendre que le ciel s'éclaircisse afin de réaliser des photos aériennes.

Désormais, « je repère des sites intéressants depuis mon bureau aux États-Unis. Je les marque et j'envoie ces marques à mes collègues français, qui vont voir sur place. Quand j'ai débuté il y a 25 ans, je n'aurais pas osé rêver d'une telle simplicité ! »

Ruines romaines sous champs de blé

Ce pionnier de l'utilisation de Google Earth en archéologie partage avec nous quelques artefacts repérés en Bourgogne. Vous pouvez vous amuser à en chercher d'autres, mais attention : l'œil de l'archéologue reste indispensable pour distinguer une ruine médiévale ou une villa romaine d'un ouvrage agricole moderne !

Les voies romaines sont très communes en France. En voici un exemple, sous les champs, et traversée par une autoroute, près de Dijon :

Ci-dessous, des parcelles enfouies de champs celtes, dont on repère les limites sous un champ de céréales. Promenez-vous aussi aux alentours pour en voir d'autres :

Enfin, plus proche de nous dans le temps, voici ce que Scott Madry interprète comme une ferme médiévale fortifiée, enfouie avec ses douves :


Dans les sables du désert

L'Australien David Kennedy, lui, utilise Google Earth pour explorer des zones difficiles à survoler, voire interdites. Il a repéré près de 2000 sites archéologiques en Arabie Saoudite, comme cette étonnante structure :

Il s'agit probablement d'un piège à gibier, placé sur les couloirs de migration des grands mammifères, chassés dans cette zone à l'époque où elle était moins aride. D'autres exemples, plus simples :

Ou plus étonnant :

Plus à l'est, en Afghanistan, cette forteresse et son réservoir d'eau submergés par les sables attendent toujours la visite d'éventuels archéologues :

Si l'archéologie vous intéresse, notez que le site Géoportail de l’IGN vient de s'enrichir d'une couche archéologique, réalisée en partenariat avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • L'observatoire de Paris fête ses 350 ans

    C'est le plus ancien observatoire au monde, qui fonctionne sans interruption depuis sa fondation en 1667. Ce 21 juin 2017, jour du solstice d'été, l'observatoire de Paris fête ses trois siècles et demi d'existence.

  • Comment la galaxie des Chiens de Chasse s'est révélée peu à peu

    Découverte en 1845 par lord Rosse, la belle structure spirale de la galaxie des Chiens de chasse (M51) a ensuite été dessinée et photographiée tout au long du XIXe siècle. Découvrez comment dans cette animation.

  • Thomas Pesquet revient sur Terre

    Après 196 jours passés dans la station spatiale internationale, l'astronaute français de l'ESA Thomas Pesquet revient sur Terre ce 2 juin 2017, à bord d'une capsule Soyouz, en compagnie du Russe Oleg Novitskiy. L'atterrissage dans la steppe kazakhe est prévue à 16h10, heure française.