Jean-Alix Barrat : « L’eau terrestre a résisté à l’impact qui a formé la Lune »

Crédit : J.-A. Barrat / SWRI
Jean-Alix Barrat a longtemps pensé que l’eau terrestre nous venait de comètes et astéroïdes tombés après l’impact géant qui a donné naissance à la Lune. Mais ce n’est plus le cas. « Il faut regarder les données en face », explique le coauteur de l’étude publié ce 28 mars dans Science Advances.
Il en est certain, « tout le monde ne sera pas d’accord avec nos conclusions et il va y avoir des remous ». Pourtant, Jean-Alix Barrat a l’assurance tranquille de ceux qui pensent que les données ne sauraient mentir. Avec le Britannique Richard Greenwood et six autres chercheurs, le professeur de l’université de Bretagne occidentale signe ce mois-ci dans Science Advances un article étonnant — détonnant, même. En résumé : l’essentiel de l’eau terrestre proviendrait d’une époque antérieure à la grande collision qui a donné naissance à la Lune — cet impact géant qui a eu lieu environ 50 millions d’années après la formation de la Terre et dont les protagonistes étaient notre planète et Théia, un corps de la taille de Mars. Quelles sont les conséquences...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ce que révèle le “coup de booster” d’Oumuamua

    Oumuamua, le premier astre venu d’un autre système stellaire, serait en fait une comète, et non un astéroïde. Ce récent résultat implique que les jeunes systèmes planétaires en formation éjectent des milliards de comètes, et que des milliers d’entre elles nous rendent visite en permanence.

  • Rejoignez-nous au festival de Fleurance !

    Du 4 au 10 août 2018, le monde de l'astronomie se donne rendez-vous à Fleurance (Gers) pour un festival qui promet bien des surprises ! Nous y serons, avec la remise du Prix Ciel & Espace du livre d'astronomie le 5 août.

  • Le temple de Göbekli Tepe, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco

    Sept mille ans avant les pyramides, le temple de Göbekli Tepe avait-il une vocation astronomique ? Son ancienneté et sa complexité posent autant de questions sur les débuts du Néolithique que sur nos préjugés... L’Unesco vient d’inscrire le site turc à sa liste du Patrimoine mondial.