HAWC : 50 millions de litres d’eau pour cartographier l’Univers

Ces 300 cuves au pied du pic d'Orizaba doivent repérer les phénomènes les plus énergétiques de l’Univers. © P. Henarejos/C&E
Entre deux volcans mexicains, à 4100 m d’altitude, l’observatoire HAWC explore le ciel dans le domaine des rayons gamma et des rayons cosmiques. Une expérience unique, à l’aide de 300 gigantesques cuves remplies d’eau.
À se promener dans les allées de HAWC (High Altitude Water Cherenkov), nul ne jurerait se trouver dans un observatoire astronomique, mais plutôt au milieu d’une étrange cité de silos.

Hormis le vent qui, à chaque rafale, soulève des tourbillons de fine poussière, rien ne bouge entre les 300 énormes cylindres de tôle ondulée alignés en rangées régulières sur plus de 2 hectares. L’étrange installation nichée au pied du pic d’Orizaba, à 200 km à l’est de Mexico, est pourtant chargée de repérer les événements les plus violents de l’Univers.

Ces 300 cuves au pied du pic d'Orizaba doivent repérer les phénomènes les plus énergétiques de l’Univers. © P. Henarejos/C&E Chacune de ces cuves est en réalité une cuve haute de plus de 5 m et large...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Il est possible de voir les aurores sur d’autres planètes

    Les aurores polaires sont l’un plus beaux spectacles que nous offre le ciel. Sur Terre, elles sont réservées à quelques régions privilégiées du globe, comme nous l’expliquons dans le dossier du Ciel & Espace n°556 (novembre 2017). Mais notre planète n’en possède pas l’exclusivité. Jupiter, Mars, Saturne s’illuminent sous l’effet des particules solaires. Et bientôt nos télescopes observeront les aurores même dans d’autres systèmes planétaires !

  • 150 images de l'espace aux enchères à Paris

    Le samedi 25 novembre 2017, l’une des plus importantes collections privées européennes de photographies de l’espace sera vendue par lots à la maison de ventes aux enchères FauveParis.

  • L’astéroïde venu d’ailleurs pose l’énigme de sa forme

    Le corps céleste 1l/2017 U1 Oumuamua, qui a fait irruption dans le Système solaire, a pu être suivi sans relâche par de puissants télescopes. Ces observations dévoilent une forme allongée, similaire à une baguette de pain, bien difficile à expliquer… Une colle pour les astronomes.