Gravity ouvre l’œil au Chili

L'ESO (Observatoire européen austral) publie l'une des premières images de son interféromètre de nouvelle génération, Gravity.


On y voit, à près de 1400 années-lumière, que l'étoile Thêta Orionis F de l'amas du Trapèze, dans la nébuleuse d'Orion, est en réalité une étoile double.


La précision de Gravity équivaut celle d'un télescope de 200 m de diamètre grâce à la combinaison par interférométrie des images des quatre télescopes auxiliaires de 1,8 m du Very Large Telescope (VLT), installé au Chili.


La prochaine étape consiste à combiner la lumière des quatre télescopes géants de 8,2 m du VLT. Une tâche qui s'annonce ardue, car la stabilité des faisceaux optiques sera plus difficile à assurer qu'avec les quatre télescopes auxiliaires.


L'objectif principal de Gravity est d'observer l'environnement immédiat du trou noir central de la Voie lactée, baptisé Sgr A*, afin d'étudier les effets de déformation de l'espace-temps dus à son puissant champ de gravité.

Adrien Denèle, le 13 janvier 2016

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Météore en plein cœur : et de 2 !

    Étonnant : par deux fois, une étoile filante a traversé le champ d’une photographie de la même nébuleuse, à quelques heures d’intervalle, sur deux continents différents !

  • Incendie près d’une base spatiale

    En Californie, les flammes font rage près de la base de Vandenberg, où le lancement d’une fusée Atlas 5 a dû être annulé.

  • Le ciel de Gaïa

    Un peu moins de trois ans après son lancement en décembre 2013, la sonde européenne Gaïa livre sa première carte du ciel. Plus d’un milliard de sources lumineuses y sont localisées avec une précision record.