« Découverte historique » pour Curiosity : le vrai, le faux

Cinq tranchées réalisées par le robot américain Curiosity dans le sable de Mars. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Le rover martien a-t-il réalisé une découverte « qui entrera dans les livres d'Histoire » ?

Depuis la publication le 20 novembre 2012 des propos enthousiastes (en anglais) du responsable scientifique de Curiosity, John Grotzinger, le web s'enflamme.

"Stupéfiant"

Selon Grotzinger — qui cependant n'en dit pas plus —, l'analyse d'échantillons du sol martien par le laboratoire de chimie portatif de Curiosity (SAM) montrerait quelque chose de « stupéfiant ». Des molécules organiques qui prouveraient que la planète Mars a été habitable ? Des traces d'une vie passée ? Actuelle ?

Un "buzz" injustifié

« Rien de tout cela ! » martèle le Français Michel Cabane, coresponsable scientifique de l'instrument SAM. « Nous ne comprenons pas ce qu'il se passe. Nous n'avons absolument aucune nouvelle éclatante à annoncer ! »

Selon le chercheur du Latmos, SAM fonctionne très bien et fournit des signaux. Mais il n'y a « rien » pour le moment dans les données qui puisse justifier un tel engouement. Les premiers résultats de SAM devraient être annoncés lors du colloque de l'Union géophysique américaine, du 3 au 7 décembre 2012, à San Francisco.

Le buzz, en tout cas, souligne les espoirs que suscite le robot chimiste de la Nasa, premier explorateur martien depuis les sondes Viking en 1976 à avoir la capacité de détecter des molécules qui ont aussi un rôle central dans la chimie du vivant.

Curiosity poursuit sa route

Après plusieurs jours passés à collecter et analyser des échantillons de sable et de roches martiens (notamment avec SAM), Curiosity doit désormais se diriger vers l'est. Sa priorité est de choisir un rocher sur lequel il pourra tester son outil de forage.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.