Découverte de la première comète double parmi les astéroïdes

Le télescope spatial Hubble a permis la découverte d'une comète bien étrange, composée de deux noyaux.

On savait qu'il existait des astéoïdes doubles. On savait qu'il existait des astéroïdes aux allures de comètes, qui dégazent du gaz et de la poussière. Mais on ne savait pas qu’il existait des doubles astéroïdes aux allures de comètes.

C'est ce que vient de découvrir une équipe menée par Jessica Agarwal, du Max Planck Institute. Avec le télescope spatial Hubble, elle a repéré l'objet en septembre 2016, lorsqu'il se trouvait au plus près de la Terre. L’astre, baptisé 288P, est composé de deux morceaux, à peu près de même taille et de même masse, qui tournent l'un autour de l'autre à 100km de distance.

D'après ses propriétés, les chercheurs ont déterminé que 288P était à l'origine constitué d'un seul bloc, qui s'est cassé en deux du fait de sa rotation rapide, il y a de cela seulement 5000 ans.

L'existence des astéroïdes cométaires, des objets hybrides, montre que la frontière entre astéroïdes et comètes n'est pas nette, mais qu'il existe au contraire un continuum. Les analyser permet de reconstituer la formation et l'évolution de notre Système solaire. Ils sont suspectés d'avoir apporté une partie de son eau à la planète Terre.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…